L'aéroport de Reykjavik reste fermé

Rédaction en ligne

samedi 24 avril 2010, 18:09

Le principal aéroport d'Islande situé près de Reykjavik, est resté fermé ce samedi pour la deuxième journée consécutive, le nuage de cendres s'étant déplacé au-dessus de l'île nordique.

L'aéroport de Reykjavik  reste fermé

AP

L'aéroport de la capitale, Keflavik, ne sera pas rouvert « aujourd'hui, en tout cas », a annoncé Hjordis Gudmundsdottir, porte-parole de l'Administration de l'aviation civile.

« Nous verrons ce que cela donnera demain mais pour le moment, on ne sait rien », a-t-elle précisé.

L'aéroport de la capitale islandaise a été fermé vendredi pour la première fois depuis le début de l'éruption du volcan Eyjafjöll le 14 avril.

Le nuage de cendres a désormais atteint le nord du pays, perturbant aussi l'activité du petit aéroport d'Akureyri, qui servait de solution de rechange à la compagnie islandaise Icelandair.

Des vols en correspondance pour Glasgow, où Icelandair a temporairement basé sa flotte internationale, ont été possibles à l'aéroport d'Akureyri. « Nous avons un vol pour Glasgow aujourd'hui (samedi) et un vol retour dans l'après-midi », a indiqué un porte-parole de la compagnie, Gudjon Arngrimsson.

Il avait auparavant indiqué qu'après une fermeture dans la nuit, les vols décollaient normalement.

Les avions pouvant être pilotés à vue « peuvent décoller d'Akureyri », a précisé Mme Gudmundsdottir, ajoutant que les conditions météorologiques semblaient favorables samedi soir.

Elle a précisé que les cendres n'étaient pas visibles dans le ciel mais qu'on en avait retrouvé sur certains petits avions. « Bien sûr, on ne peut pas les voir, parce qu'elles sont fines comme du sable, mais on en a vu sur les avions », a-t-elle ajouté.

Les cendres rejetées par le volcan islandais Eyjafjöll ont provoqué l'interruption du trafic aérien dans une grande partie de l'Europe, mais elles avaient jusqu'à vendredi épargné les aéroports islandais.

Alors que les aéroports européens retrouvent peu à peu une situation normale, un changement de l'orientation du vent a projeté pour la première fois les cendres sur l'Islande. « Maintenant c'est notre tour », a constaté la porte-parole.

L'éruption du volcan se poursuit, mais il ne rejette plus qu'une petite quantité de cendres.

(afp)