L’Otan adapte sa doctrine

Rédaction en ligne

lundi 17 mai 2010, 15:27

L’Otan doit continuer d’assurer la sécurité de ses membres et en même temps se tenir prête à intervenir loin de son territoire, ont proposé les experts désignés pour préparer la nouvelle doctrine de l’Alliance atlantique.

L’Otan adapte sa doctrine

Madeleine Albright, (AFP)

« Dans les 10 années à venir, l’Otan aura quatre grandes missions militaires interdépendantes », assurent dans leur rapport sur le « nouveau concept stratégique » de l’Otan un groupe de 12 experts présidé par l’ex-secrétaire d’État américaine Madeleine Albright. Intitulé « Otan 2020 : une sécurité assurée ; un engagement dynamique- analyse et recommandations du groupe d’experts », ce rapport a été publié ce lundi en même temps qu’il était présenté aux ambassadeurs des 28 pays membres. La première de ces quatre missions, selon les auteurs, consiste à « défendre contre toute menace d’agression » les pays membres, conformément à sa mission première depuis plus de 60 ans.

Il était important de « vraiment réaffirmer aux pays de l’Otan que l’article 5 (prévoyant l’aide militaire en cas d’agression ndlr) reste l’acquis fondamental de l’alliance ; et en même temps de la préparer aux nouveaux défis », a déclaré Madeleine Albright. Ainsi, souligne le rapport, l’Otan doit-elle aussi préparer des « capacités expéditionnaires pour des opérations militaires au-delà de la zone du traité », comme c’est le cas aujourd’hui en Afghanistan. Autrement dit, ce qui était une exception avec l’intervention militaire hors zone de l’Otan en Afghanistan, provoquée par les attentats du 11-Septembre, deviendrait la règle.

Cette proposition est formulée dans des termes « allant bien au-delà de ce qui était envisagé » dans la précédente version du « concept stratégique » de l’alliance militaire occidentale en 1999, a noté Mme Albright en remettant le rapport au secrétaire général de l’Otan, Anders Fogh Rasmussen ; « L’Otan n’a pas l’ambition de devenir le gendarme du monde », a tenu ensuite à assurer M. Rasmussen, affirmant que l’envoi d’un corps expéditionnaire devra être « fondé sur les principes de la charte de l’ONU ».

Une autre mission essentielle de l’Otan pour la prochaine décennie, selon le rapport, est de coopérer avec d’autres partenaires dans le monde pour faire face aux « nouvelles menaces » (cyberattaques, piraterie, prolifération balistique et nucléaire et risque de pénurie énergétique). Une dernière mission enfin est d’aider à la formation de la police et de l’armée dans les pays les moins stables pour contribuer à la sécurité internationale, comme l’Otan le fait déjà en Afghanistan et en Irak. Ce document de réflexion ne constitue cependant pas le nouveau « concept stratégique » qui doit être adopté par les dirigeants alliés à leur sommet de Lisbonne, les 19/20 novembre, mais seulement une source d’inspiration.

(D’après AFP)