Le ministre Vanackere réclame la libération immédiate de Serge Dumont

Rédaction en ligne

mercredi 02 février 2011, 17:23

Le journaliste belge Serge Dumont, de son vrai nom Maurice Sarfatti, correspondant au Moyen-Orient des journaux Le Soir (Bruxelles), Le Temps (Genève) et la Voix du Nord (France), a été molesté, tabassé, puis emmené par des personnes non identifiées en civil ce mercredi midi, alors qu’il était en reportage dans le quartier populaire Choubra, au centre du Caire.

Selon des bribes d’information qu’a pu nous communiquer par téléphone mobile Serge Dumont, il a été emmené auprès d’un poste militaire, où il s’est entendu accuser d’espionnage, puis annoncer qu’il allait être transféré vers des services de sécurité.

Communiqué de l’AJP

L’Association des journalistes professionnels (AJP) a pris connaissance des faits de violence et de l’arrestation inadmissible dont le journaliste belge Serge Dumont (Maurice Sarfatti) a été l’objet au Caire, ce 2 février.

L’AJP proteste vigoureusement contre ces procédés qui violent la liberté de la presse et réduisent au silence un journaliste en reportage.

Elle suivra avec attention les développements de ces événements et demande instamment aux autorités belges de poursuivre leurs efforts afin de rétablir Serge Dumont dans son droit d’informer.

Serge Dumont couvrait une manifestation pro-Moubarak dans le quartier Choubra. Voici ses propos : « C’était musclé, violent. J’ai reçu une volée de coups à la figure. Ils prétendaient que j’étais un pro-Baradei. J’ai ensuite été emmené chez les militaires, dans l’une des casernes à la sortie de la ville. J’ai reçu un verre d’eau, du Nil, m’ont-ils dit, pour que j’attrape la diahrrée. Je suis sous la garde de 2 militaires, avec kalachnikovs et baïonnettes. Ils disent que je vais être emmené auprès des services secrets. Ils me reprochent d’être un espion ».

Les journaux « Le Soir », « Le Temps » et « la Voix du Nord » ont immédiatement informé les autorités compétentes de leurs pays respectifs, afin d’intervenir auprès des autorités égyptiennes.

Toutes les organisations actives dans la protection de la liberté de presse et d’expression – Reporters sans frontières, Committee to protect journalists, et Human Rights Watch – ont été informées de la situation de Serge Dumont afin qu’il lui soit venu en aide.

Les journaux pour lesquels travaille Serge Dumont (Maurice Sarfatti) expriment leur plus vive préoccupation, protestent énergiquement contre cette atteinte à la liberté d’informer, et exigent sa libération immédiate.

Vanackere réclame la libération immédiate

Le ministre des Affaires Etrangères, Steven Vanackere, demande la libération immédiate de Serge Dumont.

L’ambassade de Belgique a eu un contact téléphonique avec Serge Dumont. Il a été arrêté par les forces de l’ordre égyptiennes après avoir été agressé alors qu’il suivait les manifestations en cours. L’ambassade a demandé aux autorités égyptiennes d’assurer la sécurité du reporter belge et de faire tout ce qui est nécessaire pour pouvoir le localiser, indiquent les Affaires Etrangères.

Steven Vanackere « désapprouve l’usage de la violence aujourd’hui dans les rues du Caire. Comme l’Union européenne l’a déclaré plus tôt cette semaine, il importe d’écouter attentivement les griefs de la population égyptienne et de prendre concrètement en compte ses attentes démocratiques ».

Le ministre Vanackere plaide pour un dialogue « ouvert et pacifique » avec tous les partis politiques et avec la société civile, qui mènera à une « transition rapide vers des institutions démocratiques respectant pleinement les droits fondamentaux ». « Des élections libres et honnêtes, cette année encore, sont indispensables », recommande M. Vanackere.

(avec Belga)