Attentats en Afghanistan après la visite d’Obama

Rédaction en ligne

mercredi 02 mai 2012, 09:04

Les talibans ont attaqué une maison abritant des étrangers dans le centre de Kaboul, faisant au moins six morts quelques heures après une visite surprise de Barack Obama.

Attentats en Afghanistan après la visite d’Obama

AFP

Quelques heures après la visite du président américain, plusieurs explosions ont secoué Kaboul.

Une attaque entamée avec un attentat à la voiture piégée qui a visé une pension abritant notamment des employés étrangers de l’Union européenne et de l’ONU a tué au moins cinq passants afghans et un garde de sécurité, selon le ministère afghan de l’Intérieur.

Vers 10h00 (07H30 en Belgique), la force de l’Otan en Afghanistan (Isaf) a annoncé que l’assaut avait pris fin et que tous les assaillants ont été tués.

Dès le début de l’attaque, l’ambassade américaine avait immédiatement pris des mesures de confinement et fait résonner ses sirènes d’alerte en appelant son personnel à « se mettre à l’abri et à s’éloigner des fenêtres ».

Ces explosions témoignent du maintien d’activité des talibans plus de dix ans après l’invasion des forces de l’Otan pour les chasser du pouvoir, et alors que la coalition dirigée par les Etats-Unis doit se retirer en 2014 et transférer la responsabilité de la sécurité du pays aux forces afghanes.

« Vaincre Al-Qaïda est à la portée des Etats-Unis »

Lors de son discours depuis la base aérienne américaine de Bagram, près de Kaboul, M. Obama a affirmé que vaincre Al-Qaïda était « désormais à (la) portée » des Etats-Unis et renouvelé son appel aux talibans, alliés d’Al-Qaïda, pour qu’ils déposent les armes et participent à la réconciliation nationale. « Même ici en Afghanistan, dans la nuit qui précède l’aube, nous pouvons apercevoir la lumière d’un nouveau jour à l’horizon », a-t-il déclaré. « Le temps de la guerre a débuté en Afghanistan, et c’est là qu’il s’achèvera. (…) Mais cela reste dur, et la guerre n’est pas encore finie », a-t-il prévenu. « Certains de vos camarades vont être blessés, d’autres tués. Nous connaîtrons encore des difficultés et de la douleur », a-t-il ajouté.

Lors de cette visite, le président américain a également signé un accord de partenariat stratégique avec son homologue afghan Hamid Karzaï, encadrant les conditions d’une présence de soldats américains dans son pays jusqu’en 2024. Cet accord ne prévoit pas de bases militaires permanentes en Afghanistan mais engage ce pays à donner « accès et jouissance aux forces américaines jusqu’à 2014 et au-delà ».

Les talibans ont considérablement intensifié leur insurrection ces trois dernières années et étendu leurs actions de guérilla à la quasi-totalité du territoire. Jusqu’au coeur d’une capitale pourtant truffée de barrages et de militaires et policiers en armes, où ils multiplient les attaques audacieuses.

La force de l’Otan compte encore quelque 130.000 soldats, américains pour plus des deux tiers. Mais l’Otan et les Etats-Unis ont entamé un processus de retrait de leurs troupes combattantes censé s’achever fin 2014, face à des opinions publiques occidentales de plus en plus réticentes au maintien de leurs militaires dans ce que les experts qualifient volontiers de bourbier afghan.

(afp)