Mitt Romney assuré de décrocher l’investiture républicaine

Rédaction en ligne

mercredi 30 mai 2012, 09:44

Mitt Romney est désormais assuré de recevoir l’investiture de son parti pour la présidentielle de novembre. La candidat républicain promet de « remettre l’Amérique sur le chemin de la prospérité ».

Mitt Romney assuré de décrocher l’investiture républicaine

AFP

Il faut 1.144 délégués sur 2.286 pour décrocher l’investiture républicaine, afin d’aller affronter le président Barack Obama à l’élection du 6 novembre. Mitt Romney a atteint ce « chiffre magique » mardi soir en s’imposant au Texas, après cinq long mois de campagne acharnée contre ses adversaires républicains. L’ancien gouverneur du Massachusetts a remporté 71 % des suffrages dans le deuxième Etat le plus peuplé des Etats-Unis, selon les estimations de la chaîne de télévision Fox News et du site internet de CNN.

Le vainqueur a remercié ses électeurs sur son compte Twitter : « Merci. Quel que soit le défi qui nous attend, nous ne ferons rien moins que remettre l’Amérique sur le chemin de la prospérité ».

Léger avantage pour Obama

Romney, dont les derniers opposants se sont retirés récemment, lui laissant la voie libre, sera le premier candidat de confession mormone de l’histoire américaine, réussissant là où son père George Romney avait échoué.

Au cours de la primaire, la base de l’électorat républicain, dominée par les évangéliques et les ultraconservateurs, a longtemps tourné le dos à l’ex-gouverneur du Massachusetts, jugé trop modéré et peu fiable sur les questions « sociales » comme l’avortement ou le mariage homosexuel.Mais grâce aux abandons successifs de ses adversaires, Mitt Romney a pu surmonter cet obstacle et peut désormais se tourner vers le président sortant démocrate Barack Obama face auquel il doit s’attendre à une élection des plus serrées, si l’on en croit les derniers sondages.

Selon une moyenne réalisée par le site spécialisé RealClearPolitics, les deux hommes sont au coude-à-coude avec un léger avantage pour M. Obama (45,6 %) face à son adversaire (43,6 %).

(CLDD, avec afp)