Di Rupo d’accord pour donner « un peu de respiration » aux Grecs

Rédaction en ligne

lundi 18 juin 2012, 14:44

Le Premier ministre belge, Elio Di Rupo, s’est montré favorable lundi à un léger assouplissement du programme d’ajustement imposé à la Grèce, mais a exclu une renégociation en profondeur.

Di Rupo d’accord pour donner « un peu de respiration » aux Grecs

©Belga

Le Premier ministre Elio Di Rupo pense qu’il faut donner « un peu de respiration » aux Grecs asphyxiés par l’austérité. Mais il a exclu une renégociation en profondeur. « Nous devons rendre la politique de rigueur soutenable », a-t-il déclaré au micro de quelques radios et télévisions. « Il faut à la fois obliger les Grecs à faire les réformes » et « leur donner de l’espace, un peu de respiration », a-t-il dit.

Dès dimanche soir, Didier Reynders s’était déclaré favorable à l’octroi d’un délai à Athènes pour lui permettre de ramener son déficit dans les clous européens, comme l’a proposé la Commission européenne fin mai pour l’Espagne. Il existe « une marge de dialogue possible sur les délais de mise en œuvre » du mémorandum conclu entre Athènes et ses créanciers internationaux, estime M. Reynders, qui ne veut pas pour autant donner un « chèque en blanc » à Athènes.

Si Di Rupo (PS) et Reynders (MR) sont sur la même longueur d’onde concernant la Grèce, le ministre des Finances Steve Vanackere (CD&V) s’est démarqué en annonçant qu’il n’était pas partisan d’un assouplissement du calendrier des réformes imposées à la Grèce. « Pourquoi devrions-nous retarder sa mise en œuvre », a-t-il soulevé sur la VRT, « ne pas s’attaquer maintenant aux problèmes n’est pas une option » a-t-il ajouté.

La position du gouvernement a donc encore besoin d’être affinée.

avec Belga