Un deuxième avion turc visé par la Syrie

Rédaction en ligne

lundi 25 juin 2012, 14:13

Un appareil turc chargé de rechercher les pilotes de l’avion abattu par la Syrie vendredi a été visé par le système de défense syrien. L’étape ultime avant l’ouverture du feu.

Un deuxième avion turc visé par la Syrie

© AP

Un nouvel incident aérien entre la Syrie et la Turquie, qui n’a fait ni victime ni dégât matériel, s’est produit au dessus de la Méditerranée après la destruction d’un avion de combat F-4 turc abattu vendredi par la Syrie, a indiqué lundi une source diplomatique européenne à l’AFP.

Un avion Casa CN-235 de recherche et de sauvetage de l’armée turque qui participait aux recherches des deux pilotes du F-4, a été visé par un système de défense sol-air syrien, l’étape ultime avant l’ouverture de feu, a expliqué cette source. Ce système de défense comprend un radar et des missiles. « Lorsqu’un avion est pointé par un système de défense, il en est averti par ses instruments, et c’est ce qui s’est produit », a-t-on précisé.

On ignore si l’avion se trouvait sur le territoire syrien

On ignore si l’avion se trouvait au moment de cet incident dans l’espace aérien syrien, soit à moins de 12 milles nautiques (env. 22 km) de la côte syrienne, ou dans l’espace international.

L’incident, qui a eu lieu vendredi ou samedi, a été rapporté par le ministre des affaires étrangères turc Ahmet Davutoglu aux diplomates des pays de l’Union européenne et de l’Otan lors d’une réunion dimanche à Ankara, a précisé cette source.

Une autre réunion d’information sur ces incidents a eu lieu au ministère des Affaires étrangères avec des représentants de plusieurs autres pays.

Un avion de combat F-4 turc a été abattu vendredi par la défense aérienne syrienne, alors que, selon Ankara, il effectuait une mission d’entraînement, n’était pas armé, et se trouvait dans l’espace aérien international, après une brève incursion dans l’espace syrien.

Damas affirme que l’avion de chasse turc a violé la souveraineté syrienne

Damas a réaffirmé lundi que l’avion de chasse turc abattu vendredi par la Syrie avait « violé la souveraineté syrienne », mettant en garde l’Otan que son territoire est « sacré » au cas où la réunion de l’Alliance, mardi, discuterait d’une « agression ».

« L’avion militaire turc a violé l’espace syrien, les défenses aériennes syriennes ont riposté et (l’appareil) s’est abîmé à l’intérieur des eaux territoriales syriennes. Ce qui s’est passé est une violation flagrante de la souveraineté syrienne », a déclaré le porte-parole du ministère syrien des Affaires étrangères, Jihad Makdessi, lors d’une conférence de presse.

Makdessi a indiqué que cette conférence de presse avait été organisée pour « réfuter tous les mensonges » colportés par les médias arabes et occidentaux et les responsables turcs, en soulignant que la Syrie « ignorait » la nature de la cible abattue vendredi.

« C’est un canon mitrailleur anti-aérien qui a fait tomber l’avion turc, et il n’y a pas de radar dans cette arme », a-t-il dit.

Les débris de l’avion remis dimanche aux parties turques « prouvent que l’appareil a été abattu par un canon mitrailleur » dont la portée est de deux kilomètres et demi, affirme le responsable. Makdessi a mis en garde les pays de l’Otan qui doivent se réunir mardi à Bruxelles, à la demande d’Ankara pour discuter de l’incident.

« Si la réunion vise à calmer la situation (…), nous leur souhaitons bonne chance. Mais si l’objectif est une agression, nous leur disons que le territoire, l’espace aérien et les eaux syriens sont sacrés pour l’armée syrienne, tout comme le territoire turc (…) est sacré pour l’armée turque », a-t-il affirmé.

(P.VA. avec AFP)