Vladivostok bat le record du plus grand pont à haubans

Rédaction en ligne

mercredi 27 juin 2012, 16:47

Il améliore le précédent record, datant de 2008, qui appartenait au pont chinois de Sutong (1.088 mètres). Le pont de Vladivostok a une longueur totale de 1.872 mètres.

Terminus mythique du Transsibérien, Vladivostok, aux confins de l'Extrême-Orient russe, vient d'établir un nouveau record mondial pour un pont à haubans, en prévision du sommet en septembre des 21 pays du Forum économique Asie-Pacifique (Apec).

Majestueux, ce pont, construit par le groupe russe USK Most et dont les haubans ont été conçus et fournis par la société française Freyssinet (groupe Vinci), a une longueur totale de 1.872 mètres, dont la plus longue portée haubanée au monde (1.104 mètres).

Il améliore le précédent record, datant de 2008, qui appartenait au pont chinois de Sutong (1.088 mètres).

Freyssinet récupère ainsi le record des ponts à haubans, de plus en plus en vogue, qu'il avait détenu en 1995 avec le pont de Normandie (ouest de la France). Autre « performance » inédite : le plus long des haubans atteint 582 mètres.

Touche nationaliste : les gaines en polyéthylène haute densité, pour protéger les haubans du vent et du froid glacial des hivers sibériens, sont aux couleurs du drapeau russe, rouge pour les plus courtes, bleue pour les intermédiaires et blanche pour les plus longues.

Outre cet ouvrage reliant Vladivostok à l'île Rousski, où doit se tenir le sommet de l'Apec avant d'accueillir les 25.000 étudiants de l'Université fédérale d'Extrême-Orient, un autre pont, celui de la Corne d'Or, va relier les deux rives de Vladivostok pour tenter de mettre fin aux importants embouteillages dans la ville, principale base navale de la flotte russe dans le Pacifique.

« Nous attendons ces ponts depuis plus d'un siècle. C'est une fantastique opportunité pour développer notre ville qui ne compte que 600.000 habitants », se réjouit le maire de Vladivostok Igor Pouchkarev.

Les autorités russes veulent en effet faire du principal port russe de la côte Pacifique, proche de la Chine et fermé aux étrangers à l'époque soviétique, une vitrine pour attirer les investisseurs asiatiques.

Une dépense de 850 millions d'euros

Pour construire ces deux ponts, la Russie a dépensé environ 850 millions d'euros dont 60 millions pour les haubans de Freyssinet, leader mondial du secteur devant le japonais Nippon Steel, selon Jean-Daniel Lebon, directeur général des grands projets en Asie-Pacifique pour Freyssinet.

« On a la chance d'avoir une avance technologique grâce à nos haubans à +torons+ parallèles qui permettent le montage sur place plutôt que la préfabrication en usine », se félicite Jérôme Stubler, directeur général de Freyssinet.

M. Stubler il est désormais possible d'imaginer la réalisation d'un pont d'une portée haubanée « de 1.500 mètres en 2020 ».

« Il y un gros potentiel en Asie, notamment en Corée du Sud, en Malaisie, en Thaïlande et au Vietnam. Plusieurs grands projets devraient sortir dans les prochaines années », souligne Manuel Peltier, directeur des grands projets de Freyssinet.

En Europe, par contre, les projets de grands ponts entre l'Espagne et le Maroc, au-dessus du détroit de Gibraltar, et entre la Sicile et la péninsule italienne restent encore pour le moment, pour des raisons économiques, du domaine du mythe, selon Michel Virlogeux, expert du secteur.

(AFP)