USA : les ventes d'armes en forte hausse depuis la fusillade

Rédaction en ligne

mardi 24 juillet 2012, 19:40

Les ventes d'armes ont grimpé en flèche au Colorado depuis les 12 morts tués vendredi dans un cinéma d'Aurora lors de la projection de Batman.

USA : les ventes d'armes en forte hausse depuis la fusillade

© AFP

Les vérifications de casier judiciaire -nécessaires pour acheter une arme- ont augmenté de plus de 40 % depuis la tragédie qui a secoué les Etats-Unis, selon le quotidien Denver Post.

Dans le détail, la Colorado a effectué entre vendredi et dimanche 2.887 de ces vérifications, soit une augmentation de 43 % par rapport à la semaine précédente et de 39 % par rapport à l'an passé.

Le nombre de personnes demandant à suivre une formation pour obtenir un permis pour porter une arme dissimulée sur elles a lui aussi nettement augmenté, pointe le Denver Post.

Porter une arme cachée sur soi est possible après l'obtention d'un permis dans 49 des 50 Etats américains.

« C'est complètement fou », commente dans le quotidien Jake Meyers, employé dans une armurerie à Parker, soulignant que 15 à 20 personnes attendaient devant sa boutique quand il est venu travailler quelques heures après la fusillade.

« Beaucoup de gens disaient : 'Je ne pensais pas avoir besoin d'une arme, mais maintenant si' », poursuit-il dans le Denver Post. « Quand ça arrive près de chez eux, les gens reconsidèrent leur position 'hé, moi aussi je vais au cinéma' », ajoute-t-il.

Dépourvu d'antécédents judiciaires, James Holmes, auteur présumé de la tuerie de vendredi, a pu légalement acheter quatre armes à feu dont un fusil semi-automatique. Via l'internet, il a pu accumuler plus de 6.000 munitions.

Les partisans d'une réglementation plus sévère considèrent que les lois laxistes de nombreux Etats font des Etats-Unis un pays plus propice aux tueries que le reste du monde.

Mais la tuerie à la première de « Batman » ne devrait pas entraîner un durcissement de la réglementation, la classe politique, à droite comme à gauche, se refusant à braver l'influence du lobby des armes.

(AFP)