L'Espagne ouvre une enquête sur les atterrissages d'urgence de Ryanair

Rédaction en ligne

mardi 14 août 2012, 21:08

Le 26 juillet dernier, 3 avions de la compagnie low-cost irlandaise ont dû rejoindre le sol en catastrophe. Leurs réserves de kérosène étaient épuisées.

L'Espagne ouvre une enquête sur les atterrissages d'urgence de Ryanair

Belga

Selon le quotidien irlandais Sunday Independent, ces trois vols de Ryanair, qui devaient se poser à l'aéroport de Madrid-Barajas, ont été déroutés sur Valence par le contrôle du trafic aérien et se sont posés en catastrophe après avoir déclaré un manque flagrant de carburant.

Placés dans la queue d'atterrissage, les appareils de Ryanair ont finalement obtenu l'autorisation d'atterrir plus vite que prévu car les commandants de bord ont expliqué ne pas avoir le carburant suffisant pour poursuivre leur vol, rapporte le Huffington Post.

Le porte-parole de Ryanair, Stephen McNamara, a confirmé ces informations à la presse irlandaise.

« À cause des orages au-dessus de Madid, le contrôle du trafic aérien espagnol a donné l'ordre aux avions de dérouter sur Valence où ils ont été placés dans un circuit d'attente. Nos appareils ont averti le contrôle du trafic aérien, expliquant qu'ils n'avaient pas le carburant nécessaire pour revenir sur Madrid et ont été autorisés à atterrir à Valence, raconte la compagnie.Tous les appareils se sont posés normalement. Ryanair s'excuse sincèrement auprès des passagers qui ont été victimes de ces déviations dues à des conditions météorologiques défavorables ».

Embarquer moins pour peser moins

Voler avec le minimum de carburant fait partie des pratiques de la compagnie. Deux notes internes font d'ailleurs état des préoccupations de la compagnie concernant le kérosène et expliquent aux commandants de bord qu'ils doivent justifier leurs excédents de carburant, rapporte le Huffington Post. Selon le Sunday Independent, Shane McKeon, l'un des dirigeants de Ryanair, s'est agacé de ce que certains commandants de bord aient encore du mal à respecter la politique interne de l'entreprise à ce sujet.

En juin 2010, un vol Londres-Alicante s'est posé avec un de ces trois réservoirs complètement vides.

L'Espagne ouvre une enquête

Les autorités aériennes espagnoles ont ouvert une enquête sur la compagnie irlandaise.

« L'agence publique de sécurité aérienne a ouvert une enquête sur Ryanair à la suite d'une plainte d'AENA » le gestionnaire des aéroports espagnols.

Les faits se sont produits « le 26 juillet à Valence (sud) où trois avions de la compagnie Ryanair se sont déclarés en danger faute de carburant.

« Il n'y a pas eu d'atterrissages d'urgence, il s'agissait d'atterrissages normaux », a déclaré un porte-parole de la compagnie à Madrid.

« S'ils ont demandé à passer en priorité c'est parce qu'ils étaient un peu juste au point de vue carburant même s'il leur en restait pour plus de 30 minutes dans chaque avion », a-t-il fait valoir.

Ryanair a affirmé qu'avant de demander « à atterrir immédiatement » ses appareils avaient survolé Valence pendant « 50, 68 et 69 minutes respectivement ».

« Tous les vols de Ryanair opèrent avec les niveaux de kérosène requis », a-t-elle assuré. « Cela comprend le carburant nécessaire pour rouler sur la piste, le vol, les déroutages et le combustible en cas d'imprévu », a précisé la compagnie.

Selon la presse, les règles budgétaires de la compagnie irlandaise stipulent la quantité de carburant que doivent charger les avions et obligent les pilotes à procéder à un ravitaillement minimum et à justifier par écrit tout excédent.

L'association de consommateurs CEACCU a présenté une plainte contre Ryanair devant la direction générale de l'aviation civile, estimant que la politique de la compagnie low cost en matière de carburant provoque « une situation de risque grave pour la sécurité des passagers ».

L'association demande que la compagnie soit frappée d'une amende de 4,5 millions d'euros et que son permis d'exploitation soit suspendu pendant trois ans.

APS avec AFP