Film anti-islam: l’Egypte, la Libye et l’Afghanistan sur le qui-vive

Rédaction en ligne

vendredi 14 septembre 2012, 09:13

Au lendemain de protestations violentes après la diffusion d’un film américain anti-islam, les autorités craignent des manifestations hostiles à l’Occident ce vendredi.

Film anti-islam: l’Egypte, la Libye et l’Afghanistan sur le qui-vive

Reuters

Les protestations contre un film américain dénigrant l’islam ont pris une tournure violente jeudi avec quatre morts au Yémen, où l’ambassade des Etats-Unis a été attaquée, et la poursuite des heurts devant celle du Caire, tandis que l’inquiétude montait face à d’éventuelles manifestations vendredi en Asie.

La communauté internationale et les autorités afghanes étaient vendredi matin sur le qui-vive, à quelques heures du grand prêche hebdomadaire des musulmans et dans la crainte de manifestations hostiles à l’Occident. La plupart des ambassades ont pris des mesures de sécurité accrues pour protéger leur personnel et envoyé des messages à leurs ressortissants, les appelant à éviter de sortir vendredi.

Le président égyptien, l’islamiste Mohamed Morsi, a condamné les “atteintes” au prophète Mahomet tout en rejetant la violence, alors que le mouvement des Frères musulmans dont il est issu a appelé à des manifestations pacifiques vendredi. “J’appelle tout le monde à (...) à ne pas agresser les ambassades”, a lancé M. Morsi.

Les protestations se poursuivaient au surlendemain d’un rassemblement devant le consulat des Etats-Unis à Benghazi en Libye, durant lequel des hommes armés ont attaqué le bâtiment, tuant l’ambassadeur Chris Stevens et trois autres Américains.

« Un film haineux »

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a condamné jeudi ce “film haineux” dénigrant l’islam, estimant que ses auteurs semblaient avoir “délibérément” cherché à “provoquer une effusion de sang”.

Réalisé par un cinéaste qui s’est présenté comme Américano-israélien mais qui selon les médias américains serait de religion copte, le film à faible budget se veut une description de la vie du prophète et évoque les thèmes de l’homosexualité et la pédophilie. Il présente les musulmans comme immoraux et violents. L’auteur du film aurait demandé la protection de la police californienne après avoir été identifié par les médias.

La Maison Blanche a indiqué jeudi qu’elle surveillait de près la situation de ses missions diplomatiques à travers le monde, craignant de nouvelles manifestations hostiles dans les pays du monde arabe vendredi.

Le président Obama a demandé de renforcer la protection des ambassades des Etats-Unis à travers le monde, tandis que le candidat républicain à la Maison blanche, Mitt Romney, affirmait que le monde ainsi que les pays du Proche-Orient avaient “besoin d’un leadership américain”.

D’après afp