Kate et William portent plainte au pénal pour les photos de la princesse nue

Rédaction en ligne

dimanche 16 septembre 2012, 20:00

Relativement épargnés par la presse anglaise, égratignés par les tabloïds étrangers, le prince et son épouse sont arrivés aux îles Salomon, avant-dernière étape de leur visite en Asie-Pacifique en l'honneur des 60 ans de règne d'Elizabeth. Une visite troublée par la publication de photos montrant la jeune femme seins nus.

Kate et William portent plainte au pénal pour les photos de la princesse nue

AO

Le jeune couple, uni en avril 2011 devant deux milliards de téléspectateurs, a été accueilli dans une frénésie de fleurs et de couleurs par des guerriers en tenue de cérémonie à l'aéroport de la capitale, Honiara.

William, petit-fils de la reine et deuxième dans l'ordre de succession au trône, a passé en revue la garde d'honneur de la police royale des îles Salomon, puis le couple a pris place dans un cortège motorisé, salué sur son passage par des milliers de badauds.

En la cathédrale Saint Barnabas, William et Kate ont assisté à une messe d'action de grâce qui avait pris un peu de retard en raison d'une coupure de courant.

Ils devaient s'entretenir dans la soirée avec le « gouverneur général », représentant de la reine dans chaque Etat du Commonwealth, avant de se rendre à un banquet organisé en leur honneur dans les jardins du siège du gouvernement.

Le prince et son épouse devaient également revêtir les costumes traditionnels pour participer à des danses guerrières, des compétitions sportives et des sorties en mer.

La mission avant tout

Leurs services ont assuré qu'ils ne se laissaient pas détourner de leur mission après la publication de photos de la duchesse de Cambridge seins nus, prises cet été dans le sud de la France alors qu'elle se trouvait dans une propriété privée.

Selon le palais Saint-James, William et Kate « restent concentrés » sur leur voyage destiné notamment à parfaire l'apprentissage royal de la jeune femme.

Kate et William ont porté plainte contre le magazine français Closer, qui a publié ces photos vendredi, afin d'interdire au magazine français de les revendre et pour mieux dissuader les tabloïdes britanniques de s'en saisir.

Un quotidien irlandais, le Irish Daily Star, a publié samedi des reproductions de pages parues dans Closer et le magazine italien Chi a annoncé qu'il allait consacrer 26 pages à Kate, sous une couverture barrée du titre « La reine est nue ».

Le duc et la duchesse se font en Asie-Pacifique l'émissaire d'Elizabeth II, grand-mère du prince, afin de représenter la monarque à l'occasion des célébrations entourant son jubilé de diamant (60 ans de règne).

Kate et William se sont rendus à Singapour et en Malaisie où Kate a prononcé son premier discours officiel à l'étranger.

Lors de sa visite cette semaine à Singapour, le prince a été interpellé par un badaud qui lui a demandé quels pouvoirs il aimerait avoir. « L'invisibilité », a-t-il répondu.

Après les Salomon, William et Kate feront une brève escale à Tuvalu, l'un des plus petits Etats indépendants au monde, à peu près à mi-chemin entre l'Australie et Hawaï.

Demande de dommages et intérêts

Lundi, « nous allons chercher à obtenir une injonction interdisant (à Closer) d'utiliser les photos, et cela conduira à un procès plus long où des dommages et intérêts seront réclamés », a déclaré un porte-parole du palais Saint-James.

L'audience en référé, intentée pour « atteinte à la vie privée », est prévue à 18H00 à Nanterre, dans la proche banlieue ouest de Paris.

Un journal irlandais, le Irish Daily Star, a reproduit des pages de Closer samedi, et un magazine italien, Chi, doit publier lundi les clichés. En revanche, aucun

journal britannique n'a diffusé les photos, floutant pudiquement des pages de Closer et la une à paraître de Chi.

Le palais Saint-James n'a pas fait savoir s'il allait intenter des poursuites judiciaires contre Chi et le Irish Daily Star.

Les médias étrangers osent

La procédure judiciaire engagée vendredi par William et Katepour empêcher la publication de photos n'a pas dissuadé ce week-end la presse étrangère de s'emparer des clichés, alors que les journaux britanniques se sont abstenus.

Un quotidien irlandais, le Irish Daily Star, a publié samedi des reproductions de pages parues la veille dans le magazine français Closer, provoquant une nouvelle réaction indignée du palais Saint-James. « Il ne peut y avoir d'autres motivations que l'appât du gain », a déclaré le secrétariat du jeune couple.

« Nous essayons de vendre autant d'exemplaires que possible, je ne vais pas présenter d'excuses pour cela », s'est défendu le rédacteur en chef du Irish Daily Star, Mike O'Kane.

Le groupe de médias britannique Northern and Shell a annoncé samedi qu'il allait rompre ses liens avec le tabloïd irlandais.

Les photos de la duchesse aux seins nus, prises cet été dans le sud de la France alors qu'elle se trouvait dans une propriété privée, « ne sont pas différentes de celles d'autres célébrités (…) comme Rihanna ou Lady Gaga », a faitvaloir M. O'Kane, interrogé par la BBC.

Le magazine italien Chi a, lui, annoncé la parution des clichés lundi. Chi et Closer appartiennent tous deux au groupe Mondadori, filiale à plus de 50 % de Fininvest, la holding de l'ancien Premier ministre italien Silvio Berlusconi.

Le directeur de Chi, Alfonso Signorini, a estimé qu'il était impensable de ne pas publier les photos de Kate seins nus.

« Tout d'abord, si je n'étais pas capable de reconnaître la juste valeur d'un scoop, je ferais mieux d'aller vendre des artichauts au marché », a-t-il déclaré.

« Deuxièmement, et dans le respect de la loi, les photos ne portent pas atteinte à la dignité de la personne, elles ne sont pas morbides ou excitantes, à la différence de celles du prince Harry publiées par les journaux anglais », a dit M.

Signorini.

« Troisièmement, elles ont été réalisées sur une terrasse, dans un lieu public, en respect des lois sur la vie privée », a-t-il ajouté.

Pour le palais Saint-James, la publication des photos « n'a d'autre résultat que d'irriter un peu plus de manière totalement injustifiable » William et Kate.

Le palais a refusé de préciser si le couple allait lancer une action judiciaire contre le Irish Daily Star et Chi, comme il l'a fait en France contre Closer.

Le calme de Kate dans la tempête

Si cette stratégie a rapidement montré ses limites à l'étranger, elle semblait fonctionner dans l'immédiat au Royaume-Uni puisque la presse britannique, connue pour ses Unes à sensation, a pris unanimement le parti de William et Kate, en s'abstenant de publier les clichés.

Plusieurs quotidiens ont pudiquement choisi de flouter des photos de la couverture de Closer, condamnant avec virulence le choix du magazine français.

« Voyeur », dénonce le Daily Mirror, connu pour faire ses choux gras de l'actualité people. « Grotesque », titre le Daily Mail, reprenant à son compte l'expression des services du prince William, deuxième dans l'ordre de succession au

trône.

Le Sun, seul quotidien britannique à avoir publié en août des photos du prince Harry nu à Las Vegas, s'est aussi rangé derrière la ligne adoptée par les journaux du Royaume-Uni.

La presse britannique prend la défense du couple en saluant le « calme » de Kate dans la « tempête ». « En posant avec dignité », la duchesse de Cambridge se place au-dessus de la tourmente, estime le Daily Telegraph, photo de Kate les cheveux recouverts d'un voile blanc immaculé à l'appui. Un cliché pris au cours de la tournée qu'effectue actuellement le couple en Asie-Pacifique.

Les journaux britanniques font preuve d'une extrême prudence dans cette affaire alors qu'ils attendent avec anxiété un rapport sur l'éthique des médias, rédigé par un juge après le scandale des écoutes téléphoniques au tabloïd News of the World.

Plusieurs quotidiens profitaient samedi de l'affaire Closer pour défendre le système d'autorégulation de la presse britannique. Le juge Brian Leveson « devrait rédiger une note expliquant que la presse française réglementée est le transgresseur, alors que la presse britannique qui s'autorégule respecte la vie privée de la duchesse », souligne le Daily Mirror.

La loi française, l'une des plus protectrices en matière d'atteinte à l'intimité de la vie privée, est « une farce », conclut le Daily Express.

A.G. (avec AFP)