Le torchon brûle entre l'Espagne et Ryanair

Rédaction en ligne

lundi 17 septembre 2012, 13:22

Le ton monte entre l'Espagne et Ryanair. Le gouvernement veut contrôler d'avantage la compagnie à bas coût. Le patron de Ryanair n'est pas content.

Le torchon brûle entre l'Espagne et Ryanair

Michael O’Leary (Belga)

Le gouvernement espagnol veut avoir la possibilité de renforcer son pouvoir de contrôle sur les appareils de compagnie d'autres pays opérant un volume élevé de vols sur leur territoire.

Ryanair dans le collimateur de l'Espagne

Le ministère de l'Equipement a demandé par écrit au Commissaire européen des Transports, Siim Kallas, ainsi qu'aux autorités irlandaises de l'aviation civile la tenue d'une réunion pour aborder cette question.

Il s'agirait de permettre aux pays membres de l'Union européenne de renforcer leur pouvoir de contrôle sur les appareils de compagnies d'autres pays opérant un volume élevé de vols sur leur territoire.

Une mesure qui vise directement la compagnie low cost irlandaise, Ryanair, sous le coup d'une enquête des autorités aériennes espagnoles et d'une plainte d'une association locale de consommateurs.

Pour rappel, Ryanair fait l'objet d'une enquête des autorités aériennes espagnoles, suite à une plainte du gestionnaire des aéroports AENA en raison de trois demandes d'atterrissage d'urgence de la compagnie en juillet, faute de kérosène. Par ailleurs, une association locale de consommateurs, qui juge dangereuse sa politique en matière d'économie de carburant, a porté plainte et réclame 4,5 millions d'euros d'amende et une suspension de sa licence pour trois ans.

Une loi pour durcir les sanctions

Le ministère espagnol de l'Équipement et des Transports a également annoncé qu'il étudie une loi pour durcir les sanctions contre les compagnies aériennes contrevenant aux règles du transport aérien. Ne pouvant viser uniquement la compagnie irlandaise spécialiste des vols pas cher, ces règles devraient s'appliquer à toutes les compagnies étrangères.

« Nous ne sommes pas une compagnie étrangère »

Ce à quoi, le patron de Ryanair, Michael O'Leary a rétorqué dans une lettre ouverte adressée à la ministre espagnole de l'Equipement, Ana Pastor, que « Ryanair n'est pas une compagnie « étrangère ». « Nous sommes une compagnie européenne avec exactement les mêmes droits, attributions et obligations quant à la sécurité que toutes les autres compagnies européennes, y compris Iberia, Vueling, BA, Lufthansa et Air France », écrit Michael O'Leary.

« Des compagnies aériennes espagnoles rencontrent le même volume d'incidents »

Dans cette même lettre ouverte, Michael O'Leary, affirme que « des compagnies aériennes espagnoles, dont Iberia et Vueling, rencontrent le même volume d'incidents de routine que la compagnie par rapport au nombre total de vols.

« Pouvez-vous m'expliquer pourquoi les informations concernant Ryanair sont divulguées dans la presse mais pas les incidents concernant des compagnies aériennes espagnoles ? Pourquoi ne proposez-vous pas également de lourdes amendes aux compagnies espagnoles… », demande dans sa lettre, le CEO de Ryanair à la ministre espagnole de l'Equipement, Ana Pastor.

P.LA (avec AFP)