Un bébé sur deux présente un retard langagier

Rédaction en ligne

mercredi 30 mai 2012, 11:42

L'Office national de l'enfance (ONE) qualifie ce résultat d'« inquiétant » et a décidé de mener une étude approfondie avec un service universitaire de logopédie.

Un bébé sur deux présente un retard langagier

DR

Le rapport 2010 de l'ONE sur le suivi socio-médical préventif des enfants a fait état de chiffres interpellant concernant les plus petits. Au moment du bilan de santé, réalisé à trente mois dans les structures de l'ONE, seuls 50 % des enfants n'ont aucun retard de langage, « un indicateur important du développement psychomoteur » selon ce même rapport.

Les tests effectués se basent sur différentes étapes objectives. Elles correspondent à un développement du langage dit normal. À 12 mois, l'enfant doit pouvoir répéter quelques mots à bon escient (le plus souvent papa, maman). À 15 mois, il doit pouvoir prononcer 4 à 6 mots. Entre 18 et 24 mois, il doit pouvoir prononcer environ 10 mots. À 24 mois, il doit pouvoir construire une phrase de trois mots (sujet -verbe -complément) dans sa langue maternelle. À 30 mois, il utilise le « je ». Voilà pour la théorie. En pratique, les résultats prouvent que ces bases sont trop peu souvent acquises. 50 % des enfants présentent un retard langagier lors du bilan de santé de 30 mois.

« Ces tests sont extraits de l'échelle du développement de Denver et ont été choisis pour leur simplicité et leur faisabilité en consultation » précise le rapport.

En regard des critères internationaux, nos bambins accuseraient donc un retard inquiétant du développement psychomoteur du langage. Les auteurs du rapport signalent également que « tout retard d'acquisition du langage doit entraîner sans tarder un bilan auditif quelque soit l'âge de l'enfant ». Lors des tests auditifs effectués, les statistiques ont mis en évidence une corrélation entre le retard de langage de 30 mois et des mauvais résultats aux tests de la voix chuchotée ou une présence de drains transtympaniques.

L'ONE a décidé de mener une étude plus approfondie en 2012-2013 avec un service universitaire de logopédie.

(belga)