Retrouver l'usage de ses membres après la paralysie

POLINA VOROBIEVA

jeudi 31 mai 2012, 23:29

Des rats paralysés de la moelle épinière ont pu retrouver l'usage de leurs membres inférieurs suite à un tout nouveau traitement. Les chercheurs utilisent pour cela des stimulations électriques et chimiques. Un espoir pour les personnes paralysées. A lire dans Le Soir

Retrouver l'usage de ses membres après la paralysie

Des rats paralysés à la moelle épinière ont pu retrouver l'usage de leurs membres inférieurs grâce à une stimulation électrique et chimique et au recours à un harnais robotisé, révèle une étude suisse de l'EPLF (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne). Ces études sont menées dans l'espoir de trouver à terme des traitements pour les personnes souffrant de paralysie. Elles ouvrent en tout cas la voie à de nouveaux traitements inédits dans le domaine neurologique.

Les expériences sont faites sur des rats dont la moelle épinière a été intentionnellement lésée pour l'expérience. Il n'y a donc aucune connexion entre le cerveau et la moelle épinière. Pour réanimer les membres paralysés et donc réanimer la moelle épinière deux éléments sont nécessaires.

D'abord, la stimulation pharmacologique et puis une stimulation électrique. On a ensuite un rat qui arrive à récupérer un contrôle volontaire et adaptatif de ses membres inférieurs.

Pour cela, un système robotique a été développé. Le rat est attaché verticalement par un harnais qui se déplace avec lui lorsque le rat se met à bouger vers une cible telle que le chocolat. ce harnais fonctionne « comme deux gars costauds qui ne feraient que retenir debout une personne aux jambes flageolantes. L'idée est de créer des conditions propices pour que le rat, appâté par du chocolat, puisse tout oser pour se lancer, sans risquer de se casser le museau… » « Nos rats retrouvent alors en quelques semaines la marche volontaire », explique un chercheur de l'équipe.

La plupart des rats récupèrent leurs moyens après sept à huit semaines, des résultats étonnants.

Ces expériences qui sont menées par les chercheurs de l'EPLF sont faites dans l'espoir que les solutions trouvées puissent un jour s'appliquer à l'humain. Les chercheurs ont adapté ce même système robotisé pour les êtres humains. Les chercheurs soulignent toutefois ne pas être certains que « des techniques similaires de réhabilitation puissent être utilisées avec succès chez l'homme ». Mais « la régénérescence des nerfs observée (chez ces rats) pointe vers de nouvelles méthodes de traitement de la paralysie. »