Openbook : le livre noir de Facebook !

STAGIAIRE

vendredi 21 mai 2010, 18:25

« Je hais mon job », « Mon prof est un idiot »... Désormais avec Openbook tous les statuts des utilisateurs peu soucieux de leurs paramètres de confidentialité se retrouvent dévoilés en quelques clics. Une démonstration de plus des lacunes de la plateforme sociale en matière de vie privée.

En pleine tourmente sur sa politique de confidentialité, le réseau social Facebook doit aujourd'hui faire face à une fronde anti-Facebook de plus en plus virulente. Après les appels au boycott http://facebookprotest.com/, après les invitations à la suppression des comptes http://www.quitfacebookday.com/, voici désormais Openbook, la démonstration la plus éloquente de la confidentialité toute relative des données des utilisateurs du plus grand réseau social au monde. Le principe est simple, il suffit de rentrer quelques mots-clés dans le moteur de recherche et Openbook s'en ira chercher les statuts et commentaires non protégés contenant les termes demandés. Résultat, des milliers de statuts et commentaires à la vue de tous et autant d'informations qui peuvent s'avérer dommageables sous les yeux de votre patron ou de votre futur employeur. La plupart de ses profils sont victimes de la politique dite du « tout visible » de Facebook. Par défaut, aucune restriction en matière de confidentialité n'est appliquée aux nouveaux profils.

Tester vos paramètres de sécurité !

Pour tenter de pallier la « passoire » Facebook, des sites internet à l'instar de profilewatch.com ou encore reclaimprivacy.org vous permettent aujourd'hui de tester le degré de confidentialité de vos données personnelles. Pour le premier, il vous suffit d'entrer l'URL de votre de profil et toutes les informations visibles publiquement apparaîtront comme par magie sur votre écran. Reclaimprivacy.org va plus loin : en analysant votre profil en profondeur, il vous indique l'état de sécurisation de vos données personnelles et vous suggère les réglages à effectuer pour éviter les mauvaises surprises. En attendant, des initiatives de réseaux sociaux alternatifs au géant américain commencent à pointer le bout de leur nez sur la toile à l'image de Diaspora un anti-Facebook, open source, privé, qui rend à l'utilisateur le contrôle de sa vie privée. Toujours est-il qu'avec 400 millions d'utilisateurs le géant du réseau social a encore de beaux jours devant lui !

Nicolas Servain