Facebook perd la face avec Lovely Faces

Rédaction en ligne

mardi 08 février 2011, 12:51

Consterné par le peu de sécurité des sites de réseaux sociaux, deux Italiens ont créé un site de rencontre bidon joliment intitulé “ Lovely Faces “. On y retrouve un million de profils Facebook hackés.

Facebook perd la face avec Lovely Faces

Capture d'écran

A première vue, « Lovely Faces » pourrait paraître crédible. Malgré son design rouge et vert peu attractif, il s'apparente à un vrai site de rencontre, avec un moteur de recherche, des statistiques, des exemples de profils.

Dans le moteur de recherche, on peut choisir la nationalité de sa future moitié, mais bizarrement à la lettre B entre Basque et Bulgare on ne trouve pas de “ Belge “ ! Ironie du sort ou clin d'œil à la situation politique de notre pays? La liste des profils psychologiques s'avère aussi surprenante : l'internaute peut choisir entre les qualificatifs « sournois », « doux », « suffisant » ou encore « arriviste » et « drôle » - mais pas tous à la fois !

Comme tout site de rencontre qui se respecte, les recherches peuvent être affinées entre homme ou femme... ou les deux - sait-on jamais ! Les résultats affichent une multitude de “ faces “ avec nom et prénom. En cliquant sur une photo de profil apparaissent les données personnelles de l'intéressé(e) avec ses préférences musicales, ses plats préférés, ses hobby et même les photos de ses meilleurs amis !

Le site ne s'arrête pas là. On peut également donner son avis sur le caractère de la personne (sournois, doux, suffisant) et même de la noter (cinq étoiles au maximum, comme un palace). Pour contacter la personne, il suffit de cliquer sur “ fixer un rendez-vous avec la personne “ et l'on tombe illico sur … Facebook !

Le site plutôt amusant démontre bien à quel point il est facile de créer des faux profils en téléchargeant des photos à partir de réseaux sociaux. Qui par ailleurs, n'a jamais eu l'idée de se créer un faux profil ?

Pour ceux qui se retrouveraient malencontreusement parmi le million de profils hackés, il est toujours possible de demander sa suppression par courriel aux deux créateurs de « Lovely Faces ».

Alessandro Ludivino, théoricien des médias, aidé par l'artiste Paolo Cirio n'en sont pas à leur premier coup d'essai. Ils avaient déjà piègé Google et Amazon. Cette fois, ils ont jeté leur dévolu sur Facebook, parmi les plus critiqués des sites de réseaux sociaux. Le but des deux Italiens quelque peu farceurs: avertir les internautes sur le peu de sécurité qu'offrent ces sites en terme de confidentialité et de protection des données personnelles.

Claire Champougny (St.)