Le procès entre Apple et Samsung fait salle comble

Rédaction en ligne

mardi 31 juillet 2012, 07:22

Apple réclame 2,5 milliards de dollars à Samsung, l’accusant de violation de brevets. Le procès a début avec la sélection des jurés. Quels sont les enjeux du procès ? Alexandre Colleau (BIP), vous répond à 11h02 

Le procès entre Apple et Samsung fait salle comble

Une dizaine de personnes fait la queue pour assister au procès entre Samsung et Apple © AFP

La sélection d’un panel de 10 jurés a commencé avec un groupe de 70 personnes rassemblées dans la salle d’audience où elles devaient répondre à des questions cherchant à déterminer si elles avaient des proches travaillant pour Apple, Samsung, pour le groupe internet Google ou pour sa filiale Motorola.

Google n’est pas directement impliqué dans le dossier mais son système opérationnel Android est utilisé sur les appareils Samsung et va figurer de manière proéminente dans le dossier.

Interrogés sur ce qu’ils connaissaient de ce dossier, plusieurs jurés potentiels ont admis qu’ils avaient lu la biographie de Steve Jobs, le cofondateur d’Apple décédé l’an dernier, dans lequel il qualifie Android de « produit volé ».

Avant le début de l’audience, des dizaines de personnes faisaient la queue à l’extérieur du tribunal pour assister à un procès très attendu.

Apple réclame 2,5 milliards de dollars à Samsung, l’accusant de violation de brevets. Le Sud-Coréen a contre-attaqué, en accusant la firme à la pomme d’avoir enfreint ses propres brevets.

C’est l’un des litiges de propriété intellectuelle les plus importants actuellement pour le secteur des technologies, notamment des tablettes et des téléphones portables multifonctions.

Si le résultat de procès similaires a été mitigé en Europe et en Australie, Samsung est clairement sur la défensive aux Etats-Unis, où Apple veut régner en maître.

La juge Lucy Koh, qui préside le tribunal, a déjà émis deux injonctions demandant la suspension temporaire des ventes aux Etats-Unis de la tablette Samsung Galaxy 10 pouces (25 cm) et le téléphone multifonctions Nexus conçu par Google.

Samsung risque gros

En outre, la magistrate a jugé la semaine dernière que Samsung avait détruit des preuves clés en permettant la destruction de courriels après avoir été informée de la plainte d’Apple.

Parmi les rares bonnes nouvelles pour Samsung, une cour d’appel américaine a levé l’interdiction de vente du téléphone Nexus pendant le déroulement du procès.

R. Polk Wagner, un professeur spécialiste du droit des brevets à l’université de Pennsylvanie, estime que ce procès est l’un des plus importants sur les brevets depuis le conflit qui opposait, dans les années 1980, les deux géants de la photographie de l’époque, Polaroid et Kodak.

« Je pense qu’il s’agit du premier de nombreux procès portant sur la technologie des smartphones », avec des conséquences financières importantes pour les deux groupes intéressés et sur le secteur tout entier, a-t-il dit à l’AFP.

« Il faut voir quel en sera l’impact si Apple gagne. Il est relativement facile de développer (des programmes) à partir de ces brevets. Alors même si Samsung perd quelques rounds, il pourra encore parvenir à faire ses téléphones », affirme-t-il.

Mais le Sud-Coréen pourrait faire face à de gros risques : si Apple l’emporte, le Californien pourrait gagner aussi une injonction permanente interdisant la vente d’appareils Samsung aux Etats-Unis.

Et si Samsung ne procède qu’à de légers changements, Apple pourrait le faire condamner pour outrage à décision de magistrat avec à la clé une lourde amende.

Une enquête du cabinet spécialisé IDC indique que Samsung a expédié 50,2 millions de téléphones multifonctions entre avril et juin tandis qu’Apple a vendu 26 millions de son iPhone. IDC attribue à Samsung 32,6 % du marché tandis qu’Apple en détient 16,9 %.

Samsung est le principal fabricant de téléphones utilisant le système Android, devenue le plus utilisé au monde malgré d’autres plaintes d’Apple contre Google, l’accusant lui aussi de violation de brevets.

(AFP)