De Calder à Koons, à toute vitesse

THIERRY WILMOTTE

lundi 14 mai 2012, 14:29

Les BMW Art Cars ont marqué à jamais l'histoire des 24 Heures du Mans. Les créations de Frank Stella, Roy Lichtenstein et Jenny Holzer sont à Bruxelles. Avant celles de Warhol et Koons, en novembre.

De Calder à Koons, à toute vitesse

Hervé Poulain parle des quatre premières BMW Art Cars – dont la Calder, en photo derrière lui, et la Warhol, en bas à droite – comme de ses « filles naturelles » Jeff Koons a peint la 17e et à ce jour derni

Il n'est pas une édition des 24 Heures du Mans sans que le sujet ne soit évoqué par l'un ou l'autre des… 250.000 spectateurs qui rejoignent la Sarthe pour assister à la plus grande course d'endurance au monde ! Les BMW Art Cars ont marqué l'épreuve de leur empreinte surréaliste. Et touché les artistes qui ont accepté de laisser vagabonder leur esprit sur les carrosseries de ces bolides. Parmi ces artistes : Alexander Calder, Frank Stella, Roy Lichtenstein et bien sûr Andy Warhol, jusqu'à Jeff Koons, qui réalisa en 2010 la 17e et à ce jour dernière BMW Art Car.

Alors qu'on retrouve ces mécaniques féroces devenues félines le plus régulièrement dans les musées d'art contemporain du monde entier, trois de ces modèles se sont arrêtés en ce mois de mai à Bruxelles (1). L'occasion d'admirer (gratuitement) leurs courbes affolantes et leur plumage psychédélique tout en s'imprégnant de cette fabuleuse épopée…

« Je suis fou de beauté et de vitesse, deux passions assouvies par ma profession et mon hobby ; l'occasion aussi d'ajouter l'action à la contemplation, pose Hervé Poulain (72 ans), célèbre commissaire-priseur parisien (Artcurial) qui est à l'origine de ce… mouvement, né dans la foulée du choc pétrolier de 1973. Le moment me parut opportun pour rapprocher ces deux formes d'art… »

Alexander Calder fut immédiatement mêlé au projet : « Avec ses mobiles, l'Américain avait inventé le mouvement dans la sculpture et rejoignait ainsi ma philosophie qui veut qu'aller vite revient pour moi à économiser du temps et donc de la vie ! », reprend Hervé Poulain. Une fois le rapprochement fait avec BMW par l'entremise de Jean Todt – l'actuel président de la FIA –, l'œuvre jaillit de la palette de couleurs du maître : du jaune, du bleu, du rouge. Surtout. « Car c'est tout ce que je sais faire ! », s'exclama cette espèce de gros ours qui investit sa dernière tanière quelques mois à peine après que sa création eut disputé les 24 H du Mans 1975, enfin les premières heures de course… « Lorsque la mécanique se tut aux environs de 10 heures du soir, le mobile devint stabile ; l'occasion pour moi de prendre pleinement conscience que l'esprit n'a pas de prise sur la matière », dit encore Poulain.

Qu'importe l'échec sportif. Car à partir de là, permettre à des artistes de s'exprimer sur des voitures d'exception s'imposa comme une évidence. Frank Stella fut le suivant, avec son papier millimétré calqué sur cette 3.0 CSL aux allures de sumo. Puis Roy Lichtenstein, l'un des précurseurs du pop art, exacerba ses « dots » pour donner une allure féline à cette 320i Turbo, avant que n'apparaisse en 1979 la « 4e fille naturelle » d'Hervé Poulain, la BMW M1 habillée par Andy Warhol ! « Roi de la provoc', celui-ci m'avait successivement proposé une robe noire ornée de lilas inspirée d'un papier peint et qui, détail intéressant, décorait également le pare-brise et les vitres latérales !, puis une voiture couverte de camouflage militaire ! Ces deux projets ne passèrent pas la rampe à Munich, et l'engagement fut reporté d'une année. Mais l'artiste ne se découragea pas et, au contraire, proposa de venir en Europe pour réaliser son œuvre directement sur la voiture. Je n'oublierai jamais cette danse qu'il exécuta autour de la M1, trempant ses pinceaux dans ses pots de couleur et recouvrant la voiture de flaques dégoulinantes avant de se tourner vers moi : “Toutes ces lignes et ces couleurs vont se fondre dans un flou dynamique. Et peut-être, si tu vas très vite, en une

couleur unique. Mais laquelle ?” »

A quelques jours des 24 Heures 1979, Warhol venait de lancer du côté du Mans le Bad Painting. Et permettre au propriétaire de la voiture d'être en avance sur son temps. Un plus, quand on fait de la course…

(1) La « Stella » et la « Lichtenstein », ainsi que la « Holzer » sont exposées jusqu'au 2 juin au BMW Brussels Event Store, 22-24 bd de Waterloo. La « Warhol » et la « Koons » y seront en novembre.