Magie des partitions colorées de Sol LeWitt

DOMINIQUE LEGRAND

mercredi 27 juin 2012, 15:04

Le Musée M rassemble pour la première fois en Belgique 24 dessins muraux en couleurs de l'artiste conceptuel Sol LeWitt.

Le Musée M et le Centre Pompidou Metz s'intéressent à Sol LeWitt (1928-2007) au même moment. Béatrice Gross est sur pied de guerre ! « Depuis deux ans, je fais un plein-temps Sol LeWitt », sourit-elle devant les wall drawings. Commissaire de l'expo Colors aux côtés d'Eva Wittockx, Béatrice Gross est française. Elle vit et travaille à New York, d'abord au département photographique du MoMa puis en tant que commissaire d'expositions indépendante.

Pratique

Sol LeWitt Colors », Musée M, 28 Vanderlelenstraat, 3000 Leuven, jusqu'au 14 octobre. Infos : www.mleuven.be

Comment avez-vous conçu l'exposition pour le Musée M ?

On a travaillé en partenariat entre les deux institutions, optant pour le chromatisme à Leuven et les dessins noir et blanc à Metz. Le rapport à l'espace est primordial. Pour LeWitt, pas un wall drawing ne s'effectue sans un esprit de collaboration avec l'architecture du lieu puisque les œuvres sont réalisées à même le mur. L'ajustement est précisé par l'artiste. La Collection LeWitt (Connecticut) en détient tous les codes, comme une sorte de « cooking book ». Le film du réalisateur Patric Chiha montre aux visiteurs comment l'expo a été réalisée. Ce sont les coulisses d'un exploit ! Pas moins de 70 personnes y ont travaillé, en premier rang les dessinateurs formés par le LeWitt studio. Ils ont secondé un groupe de jeunes artistes et soixante étudiants des écoles d'art belges, Saint-Luc, La Cambre, l'Ensav, l'Académie, etc. Chaque exposition est un partage de savoir-faire, selon le souhait de l'artiste. Cette méthode permet de réaliser plusieurs expositions en même temps, avec les mêmes œuvres originales mais éphémères, dans des endroits différents.

Le parcours suit l'évolution du processus mental de l'artiste. Mais, au-delà de la séduction visuelle, comment le visiteur va-t-il appréhender ce rébus ?

Nous avons formé des accompagnateurs. Un mini-guide est gratuit. Cela permet de comprendre le geste radical posé par cet artiste conceptuel décidé à révolutionner l'art contemporain. En 1968, il a 40 ans. Il réalise son premier dessin mural. Le parcours correspond aux quatre techniques employées successivement : le crayon à mine (fin 69), le pastel gras (1970-80), l'encre de Chine en lavis appliqué au chiffon (jusqu'en 88) puis la peinture acrylique.

En quoi le « wall drawing » est-il un geste radical ?

L'art conceptuel de LeWitt, sans tomber dans l'art pour l'art, est une manière de se distinguer de la peinture des grands maîtres. Il ne supporte pas le côté star. C'est pourquoi on n'a jamais de photos de lui. Il considère son art comme un travail d'équipe.

Quel sens donne-t-il à la géométrie ?

C'est un langage universel, austère au premier abord, mais qui crée un vocabulaire très simple, libérateur de l'ego. La logique et l'irrationnel se côtoient dans ses indications. À chaque direction de la ligne correspond une couleur. Les vibrations surgissent par superposition dans la composition.

Est-il mélomane, car la progression rythmique évoque Bach ?

Absolument ! Il n'écoutait que de la musique classique, et surtout Bach pour son développement contrapuntique. Il aimait aussi introduire l'illogique, l'aléatoire, en confiant l'exécution à un dessinateur auquel succèdent un second puis un troisième… Le principe reste le même : la ligne droite, quatre couleurs, des variations d'orientation.

Le carré demeure la figure centrale, jusqu'à la dernière œuvre, « Un cube sans un cube » ?

On reste dans le système fini, impressionnant mais qui ne dépasse jamais l'entendement. Cet art conceptuel dégage une très forte émotion, des tensions dialectiques bidimensionnelles, réjouissantes, anti-illusionnistes. Il dit : « Le carré, c'est mon emblème », parce que les lignes correspondent aux quatre directions. C'est la forme la plus neutre, sans projection d'une quelconque interprétation.

Notre critique de l'expo sur lemad.be