Le Centre Pompidou face à la mer

DOMINIQUE LEGRAND

jeudi 02 août 2012, 12:50

Troisième escale du Centre Pompidou mobile, Boulogne-sur-Mer accueille tout l'été le premier musée itinérant au monde. Dans l'esprit des chapiteaux forains et des cirques ambulants, une structure légère et flexible abrite une quinzaine d'oeuvres majeures des plus grands maîtres de l'art moderne.

Le Centre Pompidou face à la mer

De la Mairie relookée en Centre Pompidou aux tentes de la Gare Maritime, il faut faire le voyage vers un art moderne de plus en plus ouvert : les métamorphoses de Yaacov Agam et Olafur Eliasson en sont les figures de proue©DR

BOULOGNE-SUR-MER

le musée nomade

Structure légère, démontable et transportable, dans l'esprit du cirque ambulant ou de la fête foraine, le Centre Pompidou mobile peut aller partout en France au-devant du plus large public.

Patrick Bouchain est l'architecte du Centre Pompidou mobile. Reconnu pour son expertise et ses créations dans le domaine des architectures nomades, conçues pour accueillir du public et des projets muséographiques, Patrick Bouchain compte parmi ses principales réalisations le théâtre équestre Zingaro à Aubervilliers, le pavillon français à la Biennale d'architecture de Venise de 2006 ou le chapiteau de l'École nationale des arts du cirque.

Le Centre Pompidou mobile s'inscrit dans l'histoire des architectures culturelles temporaires, dont l'une des premières références est le Crystal Palace de Paxton. L'architecture du Centre Pompidou mobile se compose de trois tentes, constituant une structure de toile colorée et polymorphe pouvant s'adapter à tous les types d'environnement (place de village, centre-ville historique, zone commerciale ou rurale) dans un souci d'efficacité, d'adéquation au terrain et d'économie maximale, depuis la fabrication jusqu'à la mise en œuvre.

Le Centre Pompidou mobile s'étend sur une superficie de 650 m2 et s'articule autour de modules reliés entre eux par des sas et pouvant se désolidariser ou s'assembler de manière variée, à l'image de « boîtes » juxtaposées.

Prochaine étape à Libourne, du 24 octobre 2012 au 20 janvier 2013.

DE NOTRE ENVOYÉE SPÉCIALE

Une tente bariolée de rouge et de bleu accueille le visiteur. Un cirque ancré sur la pointe de l'Éperon, au bout de la Gare Maritime réduite à une friche portuaire en quête d'une nouvelle vie ? Le Centre Pompidou mobile a planté ses tentes face au large. Objectif : partager l'esprit musée. « Je dois vous appareiller. Il faut attendre. Nous limitons l'accès pour que tout le monde puisse voir les tableaux dans de bonnes conditions », déclare le médiateur du Centre Pompidou mobile, un Monsieur Loyal pour musée itinérant.

Du plus âgé au plus jeune, tous les membres de la famille se plient au rite de l'audioguide avant de pénétrer dans l'enceinte. Pénombre. Sans roulements de tambour, la couleur fait son cirque : une quinzaine d'œuvres prêtées par le Centre Pompidou font escale à Boulogne. Et non des moindres !

Un drôle de bonhomme découpé noir et blanc de Dubuffet fait rire les gosses en Papa Gymnastique (1972). Un mobile de Calder fait tournoyer Deux vols d'oiseaux (1954) sous les yeux émerveillés d'un couple d'octogénaires. La Femme en bleu (1944) de Pablo Picasso contemple L'Estaque de Georges Braque (1906). Le public aussi diversifié qu'un jour de marché passe lentement d'une œuvre à l'autre, complètement ravi. Jusqu'à 19 heures, heure du baisser de rideau, des curieux admirent les œuvres de Klein, Picasso, Léger, Braque, Kupka, Sonia Delaunay, Josef Albers, Niki de Saint Phalle, André Cadere, Francis Picabia, Bruce Nauman ou Fernand Léger… Quinze chefs-d'œuvre voyagent en France, comme une escale impromptue.

« Heureusement que c'est plein de couleurs, murmure un gosse qui rêve du grand large et du cri des mouettes. Parce que moi, j'aime pas les musées… ! » Justement, en choisissant un thème aussi magique que la couleur pour guider le public dans la grande aventure de l'art des XXe et XXIe siècles, le Centre Pompidou vise un public qui souvent ne franchit pas la porte d'un musée. L'engouement monte en flèche.

Chouchou incontesté du public, Your Concentrate Welcome (2004) d'Olafur Eliasson attire tous les regards. Grâce à un moteur, un verre optique jaune, un rouge magenta et un disque-miroir auxquels est associée une lampe rappellent le cinéma. S'il y a projection ici, c'est un film sans histoire, sans personnages, sinon nos déplacements qui font varier l'œuvre ! Comment regardons-nous ? Quels sont nos réflexes ? Nos habitudes de voir ? Tout cela est bien dans l'esprit participatif de l'artiste danois qui explore les rapports entre la technologie et l'environnement depuis les années 60.

Malgré quelques remous suscités par la présence de l'étrange musée nomade en plein centre de Cambrai de février à mai, l'entreprise lancée dans l'esprit de la fête foraine fait le plein de visiteurs : 47.500 personnes ont parcouru les tentes à Cambrai. Tant pis pour les réfractaires : certains automobilistes et commerçants pas très contents de la présence de l'ovni durant trois mois sur la place de la République. A Chaumont, sa première étape avait accueilli seulement 35.000 personnes.

Boulogne a contourné le problème des embouteillages. Le parcours de la couleur débute en pleine ville haute : l'Hôtel de Ville se paie un décor de choix, la réplique du Centre Pompidou parisien, avec jardin de sculptures ! On rejoint alors d'autres expositions dédiées à l'art contemporain, pour finalement gagner le large, la Gare Maritime et le site de l'Éperon. Les voitures ne gravissent plus la rampe pour relier les cargos qui les emmenaient vers la Grande-Bretagne. Un futur se cherche.

L'implantation du Centre Pompidou mobile est un embryon. À l'instar de Nantes qui a su rendre vie aux quais de l'estuaire en misant sur la culture et l'événementiel (la biennale d'art contemporain Estuaire, les Machines de l'île etc.), Boulogne-sur-Mer pourrait suivre la même voie et devenir Boulogne-sur-art !

Site de l'Eperon, Gare Maritime, Boulogne-sur-Mer, jusqu'au 16 septembre. Tous les jours sauf lundi. Accès gratuit. Audioguide gratuit et parcours enfant. Durée de visite avec audioguide : 40 minutes. Infos : www.centrepompidou.fr.