Marjane Satrapi surprend et enchante

NICOLAS CROUSSE

lundi 05 septembre 2011, 16:43

« Poulet aux prunes », qui concourt pour le Lion d’or, a apporté beaucoup de joie aux visiteurs de la Mostra. Par Nicolas Crousse

Marjane Satrapi surprend et enchante

AFP

On attendait avec beaucoup d’impatience, et avouons-le aussi avec un peu d’appréhension, le nouveau film de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud. Appréhension, parce qu’après avoir signé en 2007 une perle d’animation, Persépolis, primé à Cannes, le tandem proposait un film non animé et habité par de vrais acteurs (Mathieu Amalric, Maria de Medeiros, Edouard Baer…). Or, la splendeur de Persépolis tenait à la grande qualité de l’animation.

Eh bien, surprise, et toute belle, Poulet aux prunes, qui concourt pour le Lion d’or, a apporté beaucoup de joie aux visiteurs de la Mostra. C’est un vrai bain de fraîcheur, de poésie, d’humour et de grande fantaisie. Adapté de la bande dessinée de Satrapi, le film n’en raconte pas moins, sur le ton d’une fable orientale, une histoire tragique. Celle de Nasser Ali Khan (Amalric), grand violoniste qui va décider de mourir suite à la destruction par sa femme, fatiguée de jouer les femmes de ménage, de son instrument.

La vérité, c’est que ce film sur la mort est une bien bel ode à la vie, truffé de rebondissements et d’audaces narratives qui enchantent durant la plus grande partie du film (un peu moins dans son dernier quart d’heure). Après les rires subversifs de Carnage, le film de Polanski, voilà de la couleur et une saine candeur qui font un bien fou à la Mostra, qui s’apprête ce soir à découvrir le film coup-de-poing de Steve Mc Queen, Shame, sur la solitude d’un beau gosse incapable de réprimer ses obsessions sexuelles.

Mourir, s’interroge Nasser, dans Poulet aux prunes ? La belle affaire ! Encore faut-il savoir comment s’y prendre… Et c’est là que ça se corse, pour l’apprenti-suicidaire, qui entend avant son départ transmettre le plus noble de son héritage à ses enfants… qui n’écoutent pas et s’amusent. Qui agace prodigieusement son épouse (« Tu ferais mieux de t’occuper de ton fils »). Ou qui s’interroge comment mettre fin à ses jours avec élégance et panache : pas si simple !

Bonne nouvelle : cette perle sortira prochainement en Belgique