Il y a une vie après les franchises

DIDIER STIERS

mercredi 13 juin 2012, 20:36

Kristen Stewart est à l'affiche de son deuxième film en deux semaines (« Blanche Neige et le chasseur », après « Sur la route »), trois semaines après son vampire de complice Robert Pattinson (« Cosmopolis »). Photos et vidéos

Il y a une vie après les franchises

« Blanche-Neige et le chasseur » Phoyo DR

Il y a une vie après les franchises. C'est en tout cas ce qu'ont dû se dire les acteurs de la série des « Harry Potter » et de la saga « Twilight ». Surtout ces deux dernières années, au vu de filmographies s'étoffant peu à peu. Au petit jeu des titres les plus conséquents, le casting des aventures vampiresques l'emporte sur celui des péripéties sorcelleriennes. Ou presque.

Robert Pattinson

Robert Pattinson nous sera revenu par deux fois à l'écran, cette année, sans compter qu'à la mi-novembre, il redeviendra Edward Cullen pour la dernière fois, dans la seconde partie de « Révélation ». En un an de temps, l'acteur est apparu dans deux adaptations de grands romans : « Cosmopolis », par David Cronenberg, d'après Don DeLillo, et « Bel Ami », de Declan Donnellan, d'après Guy de Maupassant. « Bel Ami » n'a pas reçu le meilleur des accueils de la part de la critique. Mais l'acteur, dans le rôle de Georges Duroy, ne passe pas inaperçu, totalement crédible qu'il est en nouveau riche en quête de sexe et de célébrité. Dans « Cosmopolis », en golden boy de la finance parti en limousine chez le coiffeur, Robert Pattinson épate une fois de plus par son aisance et sa crédibilité.

En 2010 et 2011, avec « Water for elephants » et « Remember me », l'acteur était apparu dans des rôles plutôt sur la lancée de celui d'Edward Cullen. En personnage romantique, s'entend. En 2005, il s'appelle Cedric Diggory dans… « Harry Potter et la coupe de feu ».

Kristen Stewart

Quand ils ne réapparaissent pas à l'écran dans l'un ou l'autre « Twilight », ils y reviennent quand même ! Robert Pattinson est dans deux films en 2012, pareil pour Kristen Stewart ! Laquelle incarne dans « Snow White and the huntsman », une Blanche-Neige prise au cœur d'un triangle amoureux, situation qu'elle connaît bien depuis… « Twilight ». Cette version-ci du conte des frères Grimm relève du fantastique classique, sombre mais de bonne facture. Et c'est signé Rupert Sanders, un réal qui vient de la pub.

Kristen Stewart joue elle aussi dans l'adaptation d'un grand classique de la littérature : « On the road », par Walter Salles, d'après Jack Kerouac. Le film était attendu, mais la réception est plutôt mitigée. « Malgré le plaisir de l'odyssée et ce sens de la fête, on ne se sent pas grisé, écrit Fabienne Bradfer dans ces pages. Dommage car le casting sonne juste. Mention spéciale pour Viggo Mortensen en gourou junkie ou Kristen ''Twilight' Stewart qui donne sa moue sensuelle à la belle Marylou. »

En 2009 et 2010, l'actrice est à l'affiche de deux films passés quasiment inaperçus chez nous. A commencer par « Adventureland »… Faute de moyen pour se payer son tour d'Europe, un jeune Américain s'en va travailler dans un parc d'attractions. C'est réalisé par Greg Mottola, qui fera Paul et Supergrave, elle y joue avec Jesse « The Social Network » Eisenberg. Quant à « Welcome to the Rileys », Kristen Stewart y incarne une stripteaseuse qui bouleverse la vie d'un « client » interprété par James Gandolfini ("The Sopranos").

Mais 2010 fut aussi pour elle l'année d'un long-métrage autrement plus explosé : « The Runaways ». Avant Joan Jett, ses Blackhearts et son tubesque « I love rock'n'roll », il y eut ce groupe de filles, à une époque où il n'était pas convenable que les filles tripotent la guitare électrique. Les Runaways ? Un girls band monté par Kim Fowley (Michael Shannon), producteur dingo mais visionnaire, autour de la même Joan Jett à la guitare et au chant (Kristen Stewart, donc, convaincante) ainsi que Cherie Currie également au chant (Dakota Fanning, hélas parfois transparente).

En 2013, l'actrice qui a prêté ses traits à Bella Swan et Blanche-Neige reviendra sous la direction de Nick Cassavetes, dans une comédie d'action intitulée « Cali ». Son personnage ? Mya, une jeune femme qui a vendu un faux snuff movie et doit un jour retourner dans le bled où elle a fâché le plus de monde…

Taylor Lautner

Avouons-le : nous faisons partie de ceux que ce garçon fait marrer. A son insu, of course. Parce que jusqu'ici, sous les plaquettes de chocolat et le sourire éclatant comme la Vérité toute nue, nous ne sommes pas encore parvenus à détecter des dispositions d'acteur. Et comme ce poster boy se donne à l'écran comme s'il en était un, d'acteur…

Et dire que ce film d'action vu l'année derrière, « Abduction », était supposé le révéler plus encore que son rôle de Jacob dans « Twilight » ! Caramba, encore raté : ce mélimélo d'aventures à la « Jason Bourne » et de « Numéro 4 » mis en images par John Singleton (« Boyz n the hood ») démarre le jour où Nathan découvre sa photo sur un site internet recensant des enfants disparus… mais n'est jamais crédible, pas plus côté scénario que rôle principal.

Bref, contrairement à Kristen Stewart et Robert Pattinson, la carrière « post-Twilight » de Taylor Lautner, à propos de laquelle on signalera aussi un petit rôle dans le mièvre « Valentine's Day » de Gary Marshall en 2010, ne débute pas sous les meilleurs auspices. On imagine que ses fans les plus accros espèrent beaucoup, d'ici un et deux ans, de « Grown ups 2 » et « Tracers ». En même temps, dans la suite d'une comédie moyenne et dans un film d'action où il est un coursier à vélo poursuivi par la mafia, ce ne sera pas forcément gagné…

On ne voudrait pas charger la mule mais on a failli passer à côté de ceci : « The adventures of shark boy and lava girl » en 3D, par Robert Rodriguez. Qui a comme tout le monde besoin de manger, même si son copain Quentin Tarantino partage de temps en temps son 4-heures avec lui. Tout a pour vous dire qu'en 2005, Taylor y est Sharkboy, un jeune guerrier élevé par des requins, après avoir été séparé de son scientifique de père.