Laanan et Reynders rejouent les Guignolo pour Belmondo

NICOLAS CROUSSE

mercredi 20 juin 2012, 17:30

C’est Didier Reynders qui a remis la médaille de l’ordre de Léopold à Jean-Paul Belmondo, ce mardi soir, et non Fadila Laanan. Un couac digne d’un scénario d’un film.

Laanan et Reynders rejouent les Guignolo pour Belmondo

AFP PHOTO / BELGA / ERIC LALMAND

Scénario digne d’une comédie de boulevard, mardi soir, aux Beaux-Arts, pour la décoration de Jean-Paul Belmondo. On nous avait annoncé une médaille de l’ordre de Léopold par Fadila Laanan, la ministre de la Culture et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie–Bruxelles. Et, surprise, « badaboum crac crac » (à dire avec la voix de Bebel), c’est Didier Reynders, ministre des Affaires Etrangères, qui a fait de Belmondo un « Chevalier de l’ordre de Léopold ». Gasp, que s’est-il passé ?

La procédure normale pour une demande de décoration de ce type prend normalement trois mois. Or, le cabinet Laanan, qui avait annoncé son intention de décorer la star française dès le mois de février, ne se serait rendu compte du problème de procédure que le 25 mai. Une procédure en extrême urgence a alors dû être activée, avec approbation du Palais Royal, via le fédéral et les Affaires Etrangères.

La situation fut finalement débloquée le 19 juin, au matin de la fête à Belmondo. En position de sauveur, Reynders aurait alors exprimé un petit souhait, pour services rendus : remettre lui-même la décoration au grand homme, au grand dam de Fadila Laanan, qui aurait du coup décidé de remettre un prix rien qu’à elle : un Coq de cristal, dont personne – pas même à Bozar – n’avait entendu parler avant la cérémonie.

Et que, pour la petite histoire, Jean-Paul Belmondo aurait oublié dans les coulisses des Beaux-Arts. Cela mérite-t-il un scénario de film ?