L’auteur de « Max et les Maximonstres » est décédé

LUCIE CAUWE

mardi 08 mai 2012, 17:06

L’auteur et illustrateur américain pour enfants Maurice Sendak, surtout connu pour son ouvrage « Max et les Maximonstres », est décédé mardi. Il était le plus grand illustrateur jeunesse du XXe siècle.

Pas besoin de s’intéresser à la littérature de jeunesse pour connaître ce titre fameux, Max et les maximonstres. Un album pour enfants unique, irremplaçable, inégalé, de Maurice Sendak, devenu un film en 2009. Tristesse infinie, l’artiste américain vient de mourir dans le Connecticut, à l’âge de 83 ans. On le considérait comme le plus grand illustrateur jeunesse de la deuxième moitié du XXe siècle.

« Max et les maximonstres », album culte pour enfants

S'il n'y avait qu'un album pour enfants à emporter sur une île déserte, la toute grande majorité des amateurs de littérature de jeunesse choisirait Max et les Maximonstres, chef-d'œuvre inégalé de Maurice Sendak. Sorti en 1963 aux Etats-Unis, traduit en français dès 1965 chez Delpire, le livre a été repris en 1967 par L'école des loisirs, qui l'a constamment réimprimé vu la demande.

Il fallait l'immense talent de Maurice Sendak pour mettre en scène avec un minimum de mots et un maximum d'images les tourments que ressent un enfant face à ses pulsions, ces débordements d'énergie qui le dépassent et le laissent désemparé. Après avoir enfilé son costume de loup et aligné les bêtises, Max est envoyé dans sa chambre sans manger. La pièce se transforme et Max part en bateau. Il arrive dans une île peuplée non de monstres, mais de maximonstres, dont il devient le roi. Jusqu'au jour où il ressent l'envie de rentrer. A noter, la taille des illustrations qui grandissent de page en page pour diminuer une fois les tourments de Max apaisés, et son retour, apaisé, à la maison où l'attend un dîner « tout chaud ».

Max et les Maximonstres, Maurice Sendak, L'école des loisirs, 12,50 euros.

Son Max et les maximonstres a révolutionné l’édition jeunesse, jusque là cantonnée dans le rose et le doux. Pour la première fois, un auteur-illustrateur osait placer dans un livre pour enfants ce qui constitue un enfant, les bêtises, la colère, la rébellion, mais aussi l’imagination grâce à laquelle Max se sort de l’impasse dans laquelle il s’est fourré.

Le livre fut créé en 1963 aux Etats-Unis. Il reçut l’année suivante l’estimée Médaille Caldecott. Il a été traduit en français en 1967 par Robert Delpire avant d’être repris à L’école des loisirs en 1973, où il est toujours disponible.

Les autres albums de Maurice Sendak allaient témoigner de la même force et de la même personnalité.