Le scénario du pire selon Barbara Abel

ADRIENNE NIZET

vendredi 15 juin 2012, 11:54

Son dernier roman, « Derrière la haine », est un thriller psychologique à la tension insoutenable.

Le scénario du pire selon Barbara Abel

Barbara Abel imagine le pire au départ d’anecdotes de son quotidien © DR

Pour écrire, Barbara Abel s'inspire d'anecdotes de son quotidien. Un geste, une action, un événement qui ont retenu son attention et qu'elle développe… selon le pire scénario : « Toutes mes histoires sont des situations ordinaires, avec des gens ordinaires, qui tournent au cauchemar », commente-t-elle.

Repères

Thriller Derrière la haine ✶✶✶ BARBARA ABEL Fleuve Noir 315 p., 18,50 euros

Derrière la haine, son nouveau roman, ne fait pas exception. Se souvenant avoir vu, il y a plusieurs années, son petit voisin penché à la fenêtre, elle imagine ce qui aurait pu se passer si elle n'avait pas pu prévenir sa maman à temps. « C'est la première fois que je tue un enfant », dit- elle à moitié sérieusement, révélant à la fois son attachement à ses personnages et le caractère douloureux de la chose, même par écrit. D'ailleurs, l'auteur a pris bien soin, au-delà de l'anecdote, de séparer fiction et réalité.

Dans le livre, le drame rompt la parfaite harmonie qui régnait entre les deux couples de voisins. La scène initiale du roman révèle d'emblée la haine, viscérale, qui s'installe petit à petit entre eux : « Je l'ai placée dès le début du livre car il fallait que je dise aux lecteurs “ne vous en faites pas, il va se passer quelque chose”. Je savais qu'il me faudrait une centaine de pages avant l'accident, mais cent pages à raconter du bonheur, ça n'intéresse pas les gens. Je fais patienter le lecteur. »

De fait. Pendant les deux premiers tiers du livre, la tension est tout bonnement insoutenable. C'est la grande force de Barbara Abel, qui confesse : « Je n'aurai jamais le prix Goncourt, mais je sais que j'imagine de bonnes histoires, que je suis forte en psychologie des personnages. » Tout doit être crédible, précise-t-elle, et tout l'est. Sans faillir, elle mène le lecteur par le bout du nez au sommet d'une haine vertigineuse. Et vers le pire, inimaginable, même si on est prévenu dès la première page.

Présentation du livre et dédicace le 16 juin à 15 h à la librairie Filigranes, Bxl.