Le strip perdu du « Soir volé »

DANIEL COUVREUR

vendredi 22 juin 2012, 10:06

Ce week-end, Banque Dessinée met à l'encan des cases rarissimes de « L'étoile mystérieuse », créées par Hergé dans « Le Soir volé ». Estimé entre 80 et 100.000 euros, ce trésor de la ligne claire est la pièce maîtresse d'une vente qui fera tourner la tête aux tintinophiles.

Le strip perdu du « Soir volé »

ce strip nº 176 de « L’étoile mystérieuse » n’a pas été conservé par Hergé dans la version en couleur de l’aventure de Tintin telle que nous la connaissons aujourd’hui © Hergé/Mou

Dimanche 24 juin, un collectionneur repartira avec le strip le plus recherché de L'étoile mystérieuse : six cases en noir et blanc publiées dans Le Soir en 1942, à l'époque où le quotidien était sous le contrôle de la Propaganda Abteilung. Ce trésor a été coupé par Hergé quand il a remanié l'aventure pour l'édition de l'album en couleur, quelques mois plus tard.

Cette séquence d'aventure perdue dressait le bilan de l'expédition partie à la recherche de l'aérolithe tombé dans l'Arctique. En parfait état de conservation, cette pièce de musée sera exposée dans la nouvelle salle de vente de Banque Dessinée, à Etterbeek, vendredi, samedi et dimanche, avant de disparaître dans le coffre d'un collectionneur fortuné…

« Hergé avait l'habitude de tout noter, de tout archiver dans son travail comme dans sa correspondance, ce qui permet d'être certain de l'authenticité des pièces, confient Arnaud de Partz de Banque Dessinée et son expert en originaux, Thierry Goossens. Celle-ci est extrêmement rare parce que la plupart des strips anciens ont été découpés et collés pour être remontés au format des albums en couleur. Ce strip est resté intact car cette séquence du récit a tout simplement été éliminée. Les différentes cases coupées de L'étoile mystérieuse ont été vues pour la première fois à la Galerie Wittamer, au milieu des années 1980. À l'époque, une case valait environ 1.000 euros… »

Banque Dessinée a déniché d'autres bijoux comme la vignette finale du feuilleton de Dupond et Dupont détectives, également publié dans Le Soir sous l'Occupation et resté totalement inédit en album. « Cette histoire a été écrite par Paul Kinnet et illustrée par Hergé après Le secret de la Licorne, explique Thierry Goossens. Ce genre de pièce simple et dépouillée est très prisé des collectionneurs belges. Elle devrait dépasser les 10.000 euros. »

Un troisième dessin exceptionnel d'Hergé comblera les tintinophiles : une allégorie à l'encre de Chine, au crayon bleu et à la gouache blanche publiée dans le journal Tintin du 4 février 1953, inspirée par l'inventaire surréaliste de Prévert. « Hergé avait réalisé un dessin quasi identique dans Le Petit Vingtième avant guerre. Il en a repris l'idée et l'a améliorée pour le journal Tintin. Cette étonnante illustration de 28 x 30 centimètres est évaluée entre 30 et 35.000 euros. »

En dehors des aventures de Tintin, Banque Dessinée propose encore, parmi les 200 pièces de la vente, une autre case perdue de l'âge d'or, découpée dans les planches de La Marque jaune. « Jacobs avait dû la supprimer avec une trentaine d'autres dans les années 1950 pour réaliser la version italienne de cet album mythique de Blake et Mortimer. »

Exposition : 22 et 23 juin, de 10 à 20 heures. Vente : dimanche 24 juin à partir de 11 heures. Lieu : avenue des Casernes 39-41, 1040 Bruxelles. Infos : 0476-26.40.64 (Arnaud de Partz) et 0473-70.74.40 (Thierry Goossens), www.banquedessinée.be