Patrick Deville raconte Alexandre Yersin

PIERRE MAURY

vendredi 31 août 2012, 11:56

« Peste & Choléra » est la cinquième étape d'un tour du monde romanesque et savant.

A peine quitté le Kampuchéa (en poche Points, 264 p., 6,70 euros), Patrick Deville a repris la route avec Peste & Choléra, sur la piste d'un chercheur brillant et insaisissable. Alexandre Yersin est né en Suisse en 1863, dans une famille qui « expie à l'ombre de l'Eglise évangélique libre ». Il mourra en 1943, à Nha Trang, en Indochine, « dernier survivant de la bande à Pasteur », ce qui lui vaut, un temps, de revenir chaque année à Paris où il loge au Lutetia et préside l'assemblée des directeurs des Instituts Pasteur éparpillés en Afrique et en Asie. Mais, s'il est passé par là et y a laissé sa marque indélébile, il en est loin, installé dans sa grande maison où il attend la mort après une vie qui aurait pu remplir plusieurs autres vies. « Yersin sait bien qu'il est un nain. Il est cependant un assez grand nain. »

Repères

Roman Peste & Choléra ✶✶✶ PATRICK DEVILLE Seuil 227 p., 18 euros

Son esprit a côtoyé celui des encyclopédistes des Lumières. Son nom reste celui du bacille de la peste, qu'il a découvert et décrit : « En deux mois à Hong Kong c'était plié, la grande histoire de la peste. Il a une autre idée. Il est toujours pressé, Yersin. » Un an plus tard, on le somme néanmoins de venir s'occuper de « son foutu bacille » à Paris. Sur toute une ménagerie, il met au point et teste un vaccin, écrit une note pour la suite du travail. Puis : « Il revisse le capuchon, enlève la blouse blanche, tend la feuille à Roux, voilà, il lui annonce son départ, je vous laisse la vaisselle. »

Un hurluberlu de génie

Il est ainsi, Yersin. Et c'est ainsi que Patrick Deville écrit sa vie, avec des raccourcis saisissants, presque facétieux. On sourit souvent dans un roman que son titre n'annonçait pas si réjouissant. On suit l'écrivain dans un monde qui s'étire à la mesure du grand projet dont il nous parle ci-après. Au passage, il signale ce que La peste, d'Albert Camus, doit aux découvertes de Yersin. Il est aussi « le fantôme du futur » qui se rend sur les lieux, relève les traces visibles après les avoir cherchées dans les livres ou la correspondance. Il s'arrête à la ferme expérimentale qu'avait montée Yersin près de Nha Trang, regarde sa tombe. « On pourrait écrire une Vie de Yersin comme une Vie de saint. Un anachorète retiré au fond d'un chalet dans la jungle froide, rétif à toute contrainte sociale, la vie érémitique, un ours, un sauvage, un génial original, un bel hurluberlu. »

De la vie ce bel hurluberlu, Patrick Deville a tiré un roman (prix du roman Fnac) qui nous porte haut et loin, ouvrant des perspectives inédites sur le monde et les hommes qui le peuplent. Dont Yersin était un exemplaire unique. Génial, aussi.