Entretien « La pire des réactions serait l'indifférence »

AGNES GORISSEN

jeudi 14 juin 2012, 10:21

A chaque apparition, il porte un masque. Inspiré, dit-il, non d'Anonymous (même s'il a beaucoup de sympathie pour le mouvement) mais de la commedia dell'arte. Avant la diffusion de Mirages, Lazarus a répondu à nos questions. Sauf une.

Entretien « La pire des réactions serait l'indifférence »

Avec son masque et le décorum entourant son projet, Lazarus espère qu’on doute aussi… de lui © RTBF

Qui êtes-vous ? Pourquoi ce besoin absolu d'anonymat ?

Est-ce vraiment important de savoir qui je suis ? Lorsque vous regardez un JT, vous voyez le visage du présentateur, mais que savez-vous de lui, de ses opinions, de la façon dont ce qu'il est influence son travail ? Je ne suis pas un jeunot, je ne suis pas un vieillard. Certains événements de ma vie m'ont mis face à cette réalité du manque de pensée analytique, rationnelle. Dans certains pays, le manque de raison peut amener des gens à souffrir. Ça m'a touché personnellement, dans ma vie intime. Mais j'ai envie de discrétion. Le fait que je raconte ma vie n'a aucun intérêt.

Quel est votre but ?

C'est de dire aux citoyens qu'il existe des grilles d'analyse. Il y a toute une pensée qui reste dans l'ombre parce qu'il y a des rapports de force, des intérêts en jeu. Je tente de partager une méthode de décryptage de l'info. La raison nous gêne tous, même nous, les rationalistes. Les histoires sont plus confortables à croire que les faits passés au crible de la raison. Mais se libérer des dogmes et des croyances peut procurer beaucoup de plaisir, c'est jouissif.

Mais tout ce décorum et votre anonymat peuvent aussi amener à douter de vous…

J'espère bien que celui qui me voit doute de tout ce que je dis, c'est l'essence même du projet !

Vous pensez que le public est prêt à entendre votre message ?

Comment savoir qui est prêt ou pas concernant les croyances absurdes ? Des études de sociologie montrent que, en moyenne, les agriculteurs sont les moins crédules sur un certain nombre de sujets et les enseignants à l'autre bout de la chaîne.

Les croyances ne sont-elles pas inhérentes à la nature humaine ?

On a besoin en tout cas d'en être le plus conscient possible. Si on peut faire voler des avions et guérir des maladies graves, c'est parce que certains ont eu des doutes par rapport à des croyances.

Vous pensez que le rationalisme est en recul ?

Je n'ai pas de données pour vous répondre. Mais la raison est loin de triompher. Je crois au progrès et à l'engagement citoyen.

A quel genre de réactions vous attendez-vous ?

La pire des réactions serait l'indifférence, c'est une arme de destruction massive. Le problème en démocratie, c'est qu'il y a des filtres qui sélectionnent les paroles. Or, une parole qui n'est pas relayée ne peut pas être combattue. Attention, je ne crois pas au complot, à la censure dans nos pays. Le pire complot se joue en nous-mêmes, c'est d'ignorer que nous regardons le monde et nous exprimons à partir d'un point de vue particulier – classe sociale, sexe, génération…