Les vétérans de la petite lucarne

JEAN-FRANCOIS LAUWENS

vendredi 03 août 2012, 10:48

Nouveau numéro de « Thalassa » ce vendredi sur France 3. Après 37 ans d'existence, le magazine fait figure d'exception dans le paysage de la télévision. Visite parmi ces monuments qui refusent de rendre l'antenne.

Les vétérans de la petite lucarne

Claudine Brasseur Photo : Le Soir/Alain Dewez

La télévision est à l'image de notre époque. Tout y va vite, très vite, de plus en plus vite. Une émission qui ne marche pas peut quitter l'antenne après quelques jours de diffusion seulement. Alors, durer à la télévision est un exploit peut-être plus grand que dans le sport ou dans les différentes expressions artistiques.

A l'heure où Club RTL ravit les nostalgiques en entamant ce vendredi la rediffusion de l'intégralité des neuf saisons de La petite maison dans la prairie, également un phénomène de longévité mais à dimension planétaire, concentrons-nous plutôt sur ces émissions qui, très souvent mine de rien, collectionnent les records. Ce vendredi soir, par exemple, Georges Pernoud va une nouvelle fois emmener le téléspectateur belge et français rêver sur les océans du globe. Un magazine sur la mer, voilà bien une idée qu'il fallait être fou pour lancer à l'antenne comme FR3 (actuellement France 3) l'a fait à la rentrée 1975. Trente-sept ans plus tard, elle est pourtant toujours bel et bien là...

Il est à remarquer d'ailleurs que les émissions qui tiennent le choc sur la durée sont celles qui, depuis 20, 30 ou 40 ans, ont mission de rendre le téléspectateur plus intelligent ou en tout cas moins bête. Des émissions de reportages, de découvertes, de savoir, des jeux « intelligents ». Thalassa, Envoyé spécial (22 ans) ou Les carnets du bourlingueur (21 ans) forment une espèce d'ultime rempart contre la bêtise généralisée des programmes confrontés au principe de réalité depuis qu'un Hollandais du nom de John de Mol s'est mis en tête de filmer des anonymes dans des situations banales.

A côté de ces émissions proprement dites, les véritables records de longévité vont évidemment aussi à ces programmes qui font tellement partie du paysage qu'on a même oublié qu'il s'agissait d'émissions de télé. En France, le premier journal télévisé a été diffusé en 1949 et, si la Belgique a vu les débuts de la télé en 1953, c'est en 1956 qu'elle a eu droit à ses propres informations. De la même façon, les informations sportives tiennent le crachoir depuis presque aussi longtemps. Enfin, en France comme en Belgique, on l'oublierait presque mais c'est la messe télévisée qui a été le premier véritable programme retransmis en direct (Le jour du Seigneur a 63 ans d'existence)...

« Le jardin extraordinaire » L'émission la plus ancienne de la télé belge fait le bonheur des familles

Le 3 octobre 1965 (il y a près de 50 ans !), une nouvelle émission consacrée aux animaux est diffusée à la RTB : elle s'appelle Le jardin extraordinaire et va acquérir une notoriété énorme grâce particulièrement à Arlette Vincent et la présence d'animaux en studio présentés par Maryse. Malgré son déplacement au dimanche, l'émission la plus ancienne de la télé belge reste un rendez-vous incontournable des familles. Sous le règne de Claudine Brasseur, elle a même à son tour droit à des estivales.

« Le week-end sportif » La retransmission sportive est presque aussi vieille que la télé

Les pionniers de la télé n'ont pas été longs à comprendre le potentiel spectaculaire du sport pour le développement du petit écran. Mais les délais de diffusion n'ont pas toujours été ceux du direct d'aujourd'hui : c'est ainsi que le premier magazine sportif de l'INR s'appellera… Lundi Sports. Né en 1957, ce magazine survivra jusque dans les années 80. Entre-temps pourtant, Le week-end sportif a vu le jour en 1967 avec les Arsène Vaillant (photo), Théo Mathy et Roger Laboureur. Toujours à l'antenne, il a beaucoup souffert ces dernières années non pas à cause du vieillissement de son concept mais de par le fait que le dimanche à 18 h 30 n'est plus le pivot horaire d'un championnat de foot qui se déroule du vendredi au dimanche soir. En France aussi, les émissions sportives ont la vie dure : Stade 2 (37 ans), Automoto (37 ans) et Téléfoot (35 ans) sont toutes nées de la scission de TF1, Antenne 2 et FR3 en 1975.

« i comme... » RTL-TVI a aussi son dinosaure, il date de Télé Luxembourg

Jacques van den Biggelaar présentera en janvier prochain I comme… sur RTL-TVI depuis 20 ans. Mais quand la chaîne devenue belge confia l'émission au sympathique journaliste, elle avait déjà une longue histoire derrière elle. C'est en effet Robert Diligent, figure historique des journaux télévisés de Télé Luxembourg avec Jacques Navadic, qui avait créé cette émission en 1984 à la Villa Louvigny. Son but : diffuser ces images insolites venues du monde entier et que l'on n'utilisait pas dans les JT…

« Thalassa » 37 ans d'antenne pour un magazine sur la mer !

Georges Pernoud n'en revient toujours pas. Quand, en septembre 1975, la jeune chaîne FR3 (l'ORTF a éclaté en 3 chaînes au début de l'année) lui confie une demi-heure mensuelle en deuxième partie de soirée consacrée à des sujets autour de la mer, le journaliste est loin d'imaginer que Thalassa deviendra une des émissions les plus anciennes de la télé derrière les rendez-vous d'info ou émissions concédées. Pourtant, devenue hebdomadaire, montée en prime time et diffusée en été, elle fête ses 37 ans !

« Des chiffres et des lettres »Après 40 ans, le compte est toujours bon

En janvier, France 3 a mis les petits plats dans les grands pour célébrer les quatre décennies de Des chiffres et des lettres lancé en 1972. En réalité, le concept d'Armand Jammot est plus ancien encore puisqu'un premier jeu, Le mot le plus long, a existé dès 1965 avant de fusionner avec Le compte est bon. Avec ses 25 ans d'antenne avec Questions pour un champion, qui s'adresse au même public et suit d'ailleurs directement Des chiffres et des lettres dans la grille de la troisième chaîne (Des chiffres et des lettres vient d'Antenne 2 tout de même), Julien Lepers fait figure de gamin ! Avec un principe inchangé, un décor et un indicatif un peu modernisés, la figure emblématique du jeu, c'est Patrice Laffont (passé à Fort Boyard, qui a tout de même 22 ans). Paradoxalement pourtant, Laurent Romejko, qui lui a succédé en 1992, a plus de saisons au compteur : 20 contre 18 à Laffont !