Pourquoi l'animateur Stéphane Bern est une valeur sûre

JULIE HUON

mardi 07 août 2012, 10:54

Il dit n'être qu'un bouffon. Mais quoi qu'il fasse, quoi qu'il anime, produise ou écrive, ça marche. Il présente ce soir un nouveau volet de sa saga estivale « Secrets d'histoire ».

Pourquoi l'animateur Stéphane Bern est une valeur sûre

Stéphane Bern était à Bruxelles pour l’Ommegang, il y a quelques semaines Il a avoué avoir été ému par cette festivité réconciliant Flamands et francophones ©Thomas Blairon

Il présente ce soir l'une des neuf émissions Secrets d'histoire que France 2 lui a commandées pour l'été. Le succès est tel, en France et chez nous (ses sagas historiques culminent généralement en deuxième position des audiences de prime time), que d'autres volets sont prévus pour la rentrée. Pourquoi, après 18 ans d'antenne, l'ami du gotha continue-t-il à cartonner ?

1. C'est un bosseur fou. Entre une virée à Bruxelles pour animer l'Ommegang, début de cet été, et ses vacances à Paros en Grèce, Stéphane Bern inonde le monde de l'édition. Au moment du jubilé d'Elizabeth II, en juin dernier, il a publié Le Destin d'une reine chez Albin Michel et profite des vacances pour rédiger le troisième tome de Secrets d'histoire, à paraître en septembre.

2. Il sait vendre sa soupe. Ses émissions estivales retracent de sulfureux et atypiques destins de personnalités, la plupart au sang bleu. Entre Louis XIV, Isabelle La Catholique ou Victor Hugo, on se penche ce soir (en tout bien tout honneur) sur Christine de Suède, reine des scandales. L'animateur français d'origine luxembourgeoise a, par ailleurs, une façon très attachante de parler de la monarchie (et très drôle, voyez le nom de ses émissions : Le Fou du Roi, L'Arène de France…). Ce n'est pas du toc, il en pince pour les couronnes. Lors de l'Ommegang, en annonçant la présence de la reine Fabiola, il dit avoir eu la chair de poule quand la foule a crié « Vive la Reine ! » autant que « Leve de Koningin ! ». C'est un cœur sensible : l'été précédent, il s'était épanché sur les rumeurs d'eau dans le gaz entre Albert et Charlene de Monaco – « Tout ce qui a été écrit de négatif sur leur mariage n'est que mensonges » – juste avant de leur consacrer une expo au Musée océanographique de Monaco, présentant toute la panoplie du mariage : la robe, le diadème, la Lexus décapotable… Bref, avec Steph, mondains ou pas, les potins, ça dépote.

3. Il est partout. Mais partout. En plein mercato télé, mister Bern se positionne comme une valeur sûre du groupe France Télévisions avec toujours son magazine art de vivre de l'après-midi, Comment ça va bien, du lundi au vendredi. Et, petit scoop, son nom est avancé dans une nouvelle émission culturelle à la rentrée, sur France 2. Deux sociétés, dont celle de Thierry Ardisson, auraient chacune des projets avec lui… Et puis, tous les matins de la semaine, en direct et en public, l'ami Stéphane anime toujours À la bonne heure sur RTL, une heure trente de culture autour d'une personnalité qui fait l'actualité. De bout en bout, ça lui fait un bon 11 h 40 d'antenne par semaine, au petit Bern. Sans compter les numéros de Secrets d'histoire, les soirées spéciales (Votre plus belle soirée, La maison préférée des Français…) qui le placent généralement en tête des audiences et les grands directs pour lesquels il pointe son nez au premier mariage princier venu.

En conclusion, il va falloir faire avec l'animateur bientôt quinqua un petit temps encore. Le journaliste-animateur-producteur est sur tous les fronts. Sympathique, télégénique, décontracté, de chroniqueur mondain coincé à présentateur de divertissement hilare, il a mis le public dans sa poche. Un autre, avant lui, avait fait de la royauté et de sa très unique façon d'en parler son fonds de commerce. Léon Zitrone, ça vous dit quelque chose ? Stéphane Bern l'appelle son père spirituel.

Secrets d'histoire : Christine de Suède, reine des scandales , France 2, 20 h 35