La croisière des yéyés s'amuse toujours

JEAN-CLAUDE VANTROYEN

samedi 05 novembre 2011, 19:13

Voguer avec Richard Anthony, Patrick Juvet, Michelle Torr ou Hervé Vilard ? C'est le principe de la Croisière Age Tendre. Sold-out plusieurs mois à l'avance. Nous l'avons testée pour vous.

La croisière des yéyés s'amuse toujours

Patrick Juvet Photo DR

J'ai mon rhumatisme qui devient gênant / Ma pauvre Cécile, j'ai soixant'-treize ans / Je fais de la chaise longue et j'ai une baby-sitter / J'traînais moins la jambe, quand j'étais chanteur. » Michel Delpech, l'auteur de cette chanson, n'a pas encore 73 ans : 65 seulement. Mais il s'en approche. Comme toutes les vedettes présentes sur ce paquebot Age tendre et tête de bois. Certains, même, l'ont atteint : Isabelle Aubret, Richard Anthony ; ou dépassé : Michel Orso (« Angélique »), 75 en décembre ; François Deguelt (« Le ciel, le soleil et la mer »), 79 en décembre ; Charles Dumont (le compositeur de « Je ne regrette rien » et « Mon Dieu » pour Edith Piaf), 82. Et tous les autres, de Demis Roussos, à Herbert Léonard, de Michelle Torr à Stone (de Stone et Charden), de Patrick Juvet à Alice Dona, de Charlotte Julian à Claude Barzotti, d'Herbert Léonard à Georges Chelon, de Bobby Solo (« Une lacrima sul viso ») à Jeane Manson et de Philippe Lavil à Christian Delagrange ou Georges Chelon, sont entrés dans leur soixantaine ou flirtent allégrement avec cette barrière. Comme d'ailleurs la plupart des passagers, venus en masse sur cette croisière pour voir, entendre, toucher, parler avec ces vedettes dont les chansons ont bercé leurs jeunes années.

En pratique

La croisière Age tendre 2012

Du 28 octobre au 7 novembre

De Gênes à Gênes via Corfou, Istanbul, Santorin et Palerme.

Prix par passager : 1.390 à 2.290 euros. Transferts, pension complète, spectacles inclus.

Infos : www.agetendre.com

Tournée Age tendre

Le 13 janvier 2012 à Charleroi

Le 14 janvier à Marche en Famenne.

Comme si chacun voulait, sur scène et devant elle, retrouver cet âge d'or, ce temps où, comme Delpech dans « Quand j'étais chanteur » : « J'avais des boots blanches, un gros ceinturon / Une chemise ouverte sur un médaillon / C'était mon sourire mon atout majeur / J'm'éclatais comme une bête, quand j'étais chanteur. » Et la croisière des yéyés de s'éclater sur les dix-sept ponts que compte ce léviathan des mers qu'est le MSC Fantasia, si gigantesque qu'on se demande parfois comment il peut flotter. Près de 4.000 passagers vivent dans cette Las Vegas flottante, strass et paillettes, décor de rêves clinquant, restos classiques ou exotiques, bars à cocktails, piscines et jacuzzis, salles de sport, cinéma « 4D, casino, salles de jeux vidéo et théâtre de 1.800 places où les vedettes se produisent, chaque soir, à deux reprises. Le public nostalgique applaudissant passionnément les artistes de leurs 20 ans, les chanteurs nostalgiques reproduisant encore et encore les chansons de leurs 20 ans.

Kitsch ?

Croisière kitsch pour public ringard et chanteurs « has been » ? Quête pathétique de sa jeunesse ? Désir profond de revivre ces années yéyé où tout était facile, beau, possible, immédiat ?

C'est évidemment pour cela que près de 4.000 Français et Belges ont embarqué à Gênes sur le Fantasia pour un périple en Méditerranée, avec escales à Naples, au Pirée, à Heraklion, Rhodes, Izmir et Zanthe pour revenir à Gênes dix jours plus tard.

Et c'est pour cela aussi que près de 50 artistes sont venus y interpréter leurs chansons éternelles. Les ponts bruissent de « Faisons l'amour avant de nous dire adieu », « Capri, c'est fini », « Où sont les femmes ? » et chacun sourit parce que ces chansons ont marqué sa jeunesse.

« Je faisais une tournée avec Daniel Guichard, raconte Michel Algay, l'organisateur des tournées et croisières Age tendre. A la fin du spectacle, une dame vient me parler : “C'est un peu cher pour venir écouter trois tubes d'un artiste, vous devriez faire un spectacle avec plusieurs vedettes.” Et je l'ai fait. D'abord avec Monty, Stone et Charden, Frank Alamo, C. Jerôme. Mais il manquait encore la marque. J'ai appelé Albert Raisner, qui m'a donné l'autorisation de prendre le nom de son émission sur France 2. Et j'ai fait de la compile avec mon cœur. J'ai mélangé les genres, comme des plats dans un buffet, le salé et le sucré, Michelle Torr et les Forbans . »

Et ça fonctionne. Les tournées et les croisières sont réservées un an à l'avance. Celles de 2012 sont quasi sold-out. Les gens adorent. « Certains pensent qu'on est une bande de ringards mourants, reprend Michel Algay. Une croisière, en France, ça sonne ringard. En Italie ou aux Etats-Unis, ça fait partie de la culture. »

Ringard ?

Bien sûr, on ne voit pas Herbert Léonard sur MTV et on n'entend pas Isabelle Aubret sur Pure FM. Bien sûr, des seniors qui courent la dédicace, ça paraît bizarre. Mais ça se fait sans hystérie collective, c'est l'apanage de l'âge. Pathétique ? Pas du tout. Les artistes font de l'excellent boulot, live, avec le band de Guy Matteoni. Delpech ou Manson, sur scène, c'est impeccable. Et l'ambiance sur le bateau est sympa et parfois même déjantée, des tablées entières chantant à tue-tête au resto. Les yéyés retrouvent leur voix et leur pêche d'antan.

Et si tu te mouillais ?, me sussure-t-on. Tu referais la croisière en 2012 ? Je me lance donc. Les concerts, sans problème : je rempile, en éliminant Alain Turban, Christian Delagrange, Peter et Sloane et l'insupportable Denise Fabre. Mais la croisière, pas question. L'océan et Las Vegas ensemble, c'est trop. Trop de nourriture, trop de cocktails, trop de coursives, trop d'ascenseurs, trop de ponts et, malgré l'immensité du paquebot, pas assez d'espaces.