Un concert à vivre dans le noir, assis ou couché

ADRIENNE NIZET

mardi 13 mars 2012, 10:13

Sur la scène, un violoncelle, une guitare, un piano, un accordéon et des percussions. Quatre musiciens. Et une ribambelle de bambins.

Pratique

Noir's, le 18 mars à l'Espace Delvaux, le 30 mars au C.C. de Beau Canton, les 12 et 13 avril au C.C. de Mouscron, le 4 mai à la Ferme du Biéreau. Couturière, du 15 au 17 mars à l'Espace Delvaux, les 12 et 13 avril au C.C. de Mouscron.

www.wildboarmusic.com

Au Théâtre de la Montagne Magique, pour la représentation de « Noir's » (samedi dernier), les codes du spectacle sont quelque peu inversés. Le public (ici majoritairement composé d'enfants) a accès aux planches et la scène, au lieu de s'éclairer au moment où débute le concert, s'obscurcit, plongeant l'assemblée, assise ou carrément couchée parmi les instruments, dans la pénombre. Puis dans le noir total.

C'est le concept même du bien nommé « Noir's », un projet des musiciens Didier Laloy (à l'accordéon), Pascal Chardome (piano et guitare), Kathy Adam (violoncelle) et Frédéric Malempré (percussions). Leur but : mettre le public dans des conditions d'écoute inhabituelles et… idéales. C'est donc dans le noir et allongés sur des coussins que nous écoutons ce concert. C'est, avant même la note, le crissement d'un archet, le souffle d'un mouvement de baguette, la reprise de l'accordéon qui nous parvient. La vue (momentanément) au repos, l'ouïe se réveille et furète.

Durant les premiers morceaux, on se laisse distraire par des chuchotements d'enfants, troublés par l'obscurité. Mais petit à petit, eux aussi se laissent gagner par la musique et l'écoutent attentivement. Bienveillants, Didier Laloy et Pascal Chardome, auteurs de la majorité des morceaux, interrompent parfois le récital pour rassurer les troupes. Les remercier de leur calme. Leur expliquer, avec humour, le choix d'un titre ou l'autre (ainsi le morceau de « bossa » intitulé « Dromadaire » par l'entremise du guitariste qui en avait d'abord fait « à bosse »).

Bien vite, ces intermèdes parlés se révèlent superflus, le public étant entièrement entré dans l'univers de « Noir's ». Car, et cela mérite évidemment d'être signalé, derrière l'originalité du concept, il y a avant tout de talentueux musiciens. Des compositions singulières. Et un élan enjoué à découvrir.

Pour ceux que le noir effraie, le projet se décline également en version « avec textes » (appelée « Couturière »). Pas d'obscurité dans ce cas, mais les mêmes musiciens et une autre originalité, la présence sur scène du comédien Jean-Marie Pétiniot, portant des textes de Shakespeare, Kafka, La Fontaine, etc. À écouter aussi avec les yeux, dans ce cas !