Herbie Hancock mène le premier Jazz Day

JEAN-CLAUDE VANTROYEN

lundi 30 avril 2012, 10:26

Le jazz a été un moteur de transformations sociales positives et l’est encore aujourd’hui. » C’est Irina Bokova qui le dit. Et c’est pourquoi la directrice de l’Unesco a décidé de décréter le 30 avril Journée internationale du jazz : « Depuis ses origines enracinées dans l’esclavage, cette musique a fait entendre sa voix passionnée contre toutes les formes d’oppression. Elle est une langue de liberté qui parle au cœur de toutes les cultures. »

Le jazz, nous, c’est toute l’année qu’on veut l’entendre. Mais applaudissons et ajoutons le jazz à la liste de toutes ces fêtes d’un jour. Et profitons-en ce lundi. Car il y a de la note bleue dans l’air de la Terre.

C’est le pianiste Herbie Hancock, ambassadeur de bonne volonté de l’Unesco, qui lancera les festivités à La Nouvelle-Orléans, berceau du jazz, dès le lever du soleil. En vedette, Herbie, Terence Blanchard, Ellis Marsalis, Dianne Reeves, etc. C’est de 6 à 10 h du matin. Retransmission en direct sur le site de la journée.

Le même jour, le soir, c’est aux Nations unies, à New York que ça se passe. Avec Tony Bennett, Zakir Hussain, Chaka Khan, Christian McBride, Esperanza Spalding, Wayne Shorter, Angélique Kidjo, Wynton Marsalis, Hugh Masakela, etc. Et George Duke en directeur musical. Retransmission en direct aussi sur le web.

Un peu partout dans le monde, des manifestations sont organisées. En Belgique aussi. Les Lundis d’Hortense, qui regroupent les musiciens de jazz, n’ont pas voulu que le jazz passe inaperçu, ce jour-là, chez nous. « Nous voulons rappeler que le jazz, en Belgique, est une musique extrêmement vivante, dit Toine Thys, saxophoniste. Et que nos musiciens sont extrêmement dynamiques et possèdent un statut international. »

Bruxelles va ainsi être l’objet d’attaques surprises de jazzmen dans des endroits inattendus. « Nous avons monté un big band avec une vingtaine de musiciens, dont Jean-Pierre Estiévenart, Sam Gerstmans, Stéphane Mercier, Antoine Pierre, Steven Delannoye, etc. Nous allons nous installer dans des endroits inhabituels pour toucher un public différent, pour élargir notre public. » Attendez-vous donc à des assauts de notes bleues ce lundi. Avec un morceau de Tuur Florizoone, un d’Eve Beuvens et un troisième de Charlie Mingus. Où ? Pas question de rien divulguer. Surprise surprise. C’est le jazz qui viendra à vous, pas le contraire.

Concerts à suivre en direct sur jazzday.com et monkinstitute.org.