Kidzik ou la mélodie du chicon

CATHERINE MAKEREEL

vendredi 24 août 2012, 11:58

Dès ce week-end, le Festival Kidzik fête la musique avec les enfants. Entre rap de la pomme et swing de l'endive, la Cie Evolplay cuisine ses notes organiques. La légu-musique est en vogue. Petit tour du phénomène, en primeur(s).

Kidzik ou la mélodie du chicon

Eric Van Osselaer fabrique ses instruments à partir de légumes divers Ici, il joue de la flûte confectionnée à partir de carottes © ERIC LE bRUN

La lutherie sauvage, on connaît. Avec notre Max Vandervorst national, on sait depuis longtemps qu'on peut faire de la flûte avec un guidon de vélo et jouer le saxorosoir (arrosoir-saxophone) à merveille. Mais depuis quelque temps, une branche particulière de cet art du détournement musical prend une ampleur considérable : la lutherie sur fruits et légumes.

Festival Kidzik

Pour sa troisième édition, le festival Kidzik célèbre la musique jeune public avec une myriade de concerts, d'ateliers et de jeux. Pendant quatre jours, la Ferme du Biéreau va en mettre plein les (petites) oreilles. Aux côtés d'Henri Dès en tête d'affiche, on pourra découvrir les concerts de Geneviève Laloy (Bleue), Mousta Largo (Laïla à l'ombre de la Medina), André Borbé (Brouhaha) et bien d'autres chanteurs. Une promenade dans la cour de la Ferme et dans la ville vous fera croiser de drôles d'objets sonores – vél'eau, cyclophones, vélorgue et viélo – sans compter les curiosités à découvrir au stéthoscope. Ateliers d'initiation à l'orgue, éveil musical pour les tout-petits, fabrication d'instruments à partir d'objets de récupération, ateliers de chant, concerts pour les nourrissons, un Carnaval des Animaux narré par le très ludique Eric De Staercke : la musique se joue, dans tous les sens du terme. Du 25 au 28 août à Louvain-la-Neuve. www.kidzik.be

On peut carrément parler d'une scène légumière internationale. Un coup d'œil au Musée mondial de la Carotte (Carrotmuseum.com) vous donne un aperçu des groupes les plus connus : Le Vienna Vegetable Orchestra ou encore le Flutenveg. Sur le web, le Japonais Heita3 rassemble plus de 23 000 abonnés avec ses vidéos fraîches du jour : « O sole mio » interprété au radis noir ou « Mary Had a Little Lamb » au brocoli ocarina.

En Belgique, les ateliers pullulent, pour petits ou grands, afin d'apprendre à faire vibrer la chair des fruits et légumes. Les Jeunesses Musicales notamment ont quelque expérience en matière de cornemuse culinaire.

Mais attention, parmi ce panier garni de pratiques légu-musicales, il convient de différencier les démarches. Eric Van Osselaer de la Cie Evolplay en connaît un bout sur la question : « Pour moi, il ne s'agit pas juste de cogner sur des légumes avec des bouts de bois ou de copier des airs connus avec une carotte. J'aime explorer les timbres et qualités spécifiques de chaque légume. La musique de légumes est impossible à reproduire avec des instruments de musique classique. Pourquoi essayer de reproduire un instrument de musique avec un légume ? Pour moi, un chicon sonne tout simplement comme un chicon et c'est déjà fascinant », avance celui qui nous gratifie d'un mini-concerto avec une simple feuille d'endive, qu'il tient comme on jouerait de l'harmonica.

Croyez-le ou non, le chicon s'avère formidablement jazzy : « J'expérimente tout. Parfois, quand j'achète des pleurotes, le marchand me demande ce que je vais en faire. Je lui réponds : je ne sais pas, sans doute les manger. Et puis, ça change, en fonction des saisons. Bientôt ce sera la saison des courges. »

Tout au long de l'après-midi, cet inventeur génial dévoile son instrumentarium, d'une trompette sculptée en aubergine et radis noir à une pastèque gigantesque dont on écoute les battements de cœur au stéthoscope. Sur son établi trônent les perceuses à côté d'extracteurs de trognon de pomme. Lui qui n'est pas musicien et ne sait pas lire la musique se passionne pour la physique des sons : « J'aime avant tout mettre les choses en vibration. ».

Avec sa compagnie, le quadragénaire sera l'un des invités d'honneur du Festival Kidzik, tout le week-end, à Louvain-la-Neuve. Il sculptera ses flûtes multilégumes sur un stand du marché, proposera le concert « Orgabits » dans une grange et emmènera le public à travers la ville dans un parcours d'installations sonores insolites. Avec François Cys, ils ont créé les « cyclophones », vélos dont les pédales actionnent un clavier de robinets et tuyaux d'arrosages raccordés à des instruments. Mais aussi la série « Heartscopes », installations qui diffusent le son dans la matière pour ensuite l'écouter au stéthoscope.

Artiste, Eric se voit surtout comme un chercheur, sillonnant aussi bien les festivals pointus comme City Sonic que les crèches, les marchés et les médiathèques. Il s'est même produit au Salon Mondial de la Logistique pour les Fruits et Légumes. Ce qu'il aime avec la lutherie sur fruits et légumes, et en particulier avec les enfants, c'est l'ouverture qu'elle entraîne : « Face à une flûte, on peut se dire qu'on n'a pas l'autorité ni les capacités pour en jouer. Mais avec la carotte, on ne réfléchit pas à tout ça, on expérimente avant tout. L'approche est moins canalisante. Ça désinhibe. »

Il a un tel succès avec sa fabrication de légumes-instruments qu'il a déjà connu des émeutes, face à des enfants frustrés parce qu'il n'arrivait pas à garder le rythme. « Du coup, j'ai mis la recette de la fabrication de la flûte-carotte sur le site (www.evolplay.org) pour éviter de me transformer une usine de fabrication de flûte carotte. »

L'important est de semer cette petite graine de curiosité avec ses performances vivantes, qui se voient, s'écoutent et se gouttent. Et de continuer d'explorer, au même titre que ses autres travaux sonores non légumiers, tout le spectre des possibilités. « La musique avec les légumes découle en quelque sorte de la musique électronique, qui a inventé d'autres sonorités, tout ce qui est scratché, frotté, par exemple. »

Reste donc bien des notes à découvrir dans nos potagers et vergers. En attendant, l'artiste épluche ses mélodies, sans se prendre le chou, pour nos mélomanes hauts comme trois pommes.