C'est de l'art, bébé !

CATHERINE MAKEREEL

mercredi 09 mai 2012, 11:49

Bal des bébés, concerts et théâtre pour bébés, musée ouvert aux bébés : aujourd'hui, le nourrisson tète aussi la culture. Les artistes en font un spectateur-acteur doué d'émotions. Mini-public pour maxi-magie.

C'est de l'art, bébé !

Invasion de bambins au Wiels Les artistes sont fascinés par ce mini-public aux capacités de perception géantes © wiels

Il y a quelques semaines, le Wiels organisait sa première journée consacrée aux bébés. Dépassé par le succès, le centre d'art contemporain a vu débarquer plus de 450 bambins dès six mois. Le bâtiment entier s'était transformé en terrain d'aventures et de découvertes sensorielles à l'image de cet œuf en bois, sculpture sonore dans laquelle les enfants pouvaient se lover. Il n'y a plus d'âge pour s'ouvrir à la culture alors que les artistes sont de plus en plus fascinés par ce mini-public aux capacités de perception géantes. Il est loin le temps où on considérait les bébés comme des tubes digestifs incapables de sentiments, et encore moins de communication. Merci Françoise Dolto. Le bébé est aujourd'hui un petit génie aux cinq sens alertes !

Le festival « L'art et les tout-petits », qui a lieu ce mois-ci à Bruxelles et dans toute la région de Charleroi, fait la part belle à ces petites crevettes avides de sensations. La Québécoise Karine Cloutier propose par exemple son « Bal des bébés » : pendant quatre semaines, la danseuse accompagnera une trentaine de mamans dans des ateliers de danse afrocontemporaine, clôturant l'aventure par un bal où le public est invité à venir danser et festoyer au rythme des percussions africaines.

Dans ce même festival, le « Concertino Pannolino », concert à écouter dès les trois premiers jours de vie, installe les petits tout près d'une violoncelliste et d'un flûtiste-percussionniste. Se mêlent alors les gazouillis à la musique de J.S. Bach ou aux chants sépharades. Libres comme les notes, les bébés rampent d'un instrument à l'autre, escaladant un curieux nénuphar qui transmet les vibrations du violoncelle. A la Montagne Magique, c'est par le théâtre que l'on entend toucher les bébés, avec des spectacles comme « Azuki », accessible dès six mois. Fantaisie musicale, cette pièce part à la découverte des premiers gestes, des premiers sons, tandis que sur le papier, graines et galets sonnent et dessinent des formes.

« Les enfants découvrent leur environnement en agissant avec le corps. Ils sont comme un labo expérimentant sans cesse avec ce qui les entoure », analyse Charlotte Fallon, pionnière du théâtre pour les bébés en Belgique. Elle met en scène une nouvelle création, « Kubik », à découvrir au festival, et animera un atelier à la Montagne Magique lors d'un colloque sur « L'art et les tout-petits à l'hôpital ».

Une part d'émerveillement

« Quand un enfant dessine une ondulation sur du papier ou dans sa purée, il se fiche du sens, c'est l'expérience motrice qui l'intéresse. Puis, quand l'adulte lui dit que ça ressemble à une vague dans la mer, il est ravi car il se rend compte qu'avec cette trace qu'il laisse, il peut communiquer. C'est pour cela que dans “Kubik”, les comédiens manipulent des cubes, jouent avec les formes et les volumes, et seulement après les images se forment. » Pour Charlotte Fallon, les petits sont nos meilleurs grands professeurs avec leur capacité à « être là », pleinement dans le moment présent. Et s'il y a aujourd'hui un engouement pour les spectacles pour bébés, c'est peut-être aussi parce qu'à travers leurs enfants, à travers leur fraîcheur de voir, de vivre un moment artistique, les adultes retrouvent cette part d'émerveillement qu'ils ont enfouie quelque part en eux.

« L'art et les tout-petits » du 12 au 28 mai à la Montage Magique, Bruxelles. Du 22 au 31 mai à Charleroi et dans sa région. www.laguimbarde.be Festival Turbulences