Que sera « Era » ? Sonnet pour un clown

CATHERINE MAKEREEL

mercredi 13 juin 2012, 10:37

En ouverture d'une saison estivale pleine de cirque, le MagdaClan présente « Era, sonnet pour un clown », entre la vie et la mort.

Que sera « Era » ? Sonnet pour un clown

Insaisissable, l’univers du MagdaClan n’a pas peur des échappées © DR

On a failli y perdre nos tympans. Sous le chapiteau du MagdaClan, cette après-midi là, une foule d'enfants surexcités découvraient « Era, sonnet pour un clown « dans un bain de décibels qui dépassait sans aucun doute celui d'un boeing au décollage. Pourtant, cette création circassienne privilégie de loin la poésie et l'onirisme aux prouesses, au spectaculaire et aux sensations fortes. Mais voilà, ce jour-là, à l'approche des vacances, les enfants avaient envie de frissons, rugissant quand un acrobate sur patin à roulettes surgissait près d'eux, glapissant quand une sorte de créature araignée survolait leurs têtes.

Puis, peu à peu, preuve que le spectacle a de nombreuses vertus envoûtantes, les enfants se sont calmés, se laissant emmener par un spectacle pourtant fort énigmatique. Mystérieux comme son avant-propos : « En italien, « Era « est la 3e personne du singulier de l'imparfait du verbe « être « : Egli era = il était. C'est aussi une époque historique, définie par ce qu'elle a de mémorable. Enfin, c'est le nom italien de Héra, déesse grecque, fille des Titans Cronos et Rhéa. Bref, un mot lié au temps, une chose qui boite, entre la mémoire et l'oubli, entre la vie et la mort. « Le spectacle s'avère aussi sibyllin que son résumé. On n'y suit pas vraiment d'histoire, mais d'étranges tableaux : un cortège funéraire dégingandé pour cadavre roulant, un acrobate au corps ventouse sur un mur semé de trappes, une voltigeuse sur une corde aux nœuds infinis. Difficile de trouver un fil rouge entre ce gratte-papier sur roulettes qui jongle avec son ordinateur portable, cette bande de clowns qui se bat sous une pluie de billets avant de les picorer comme des poules, ces échelles qui débarquent comme des extraterrestres au milieu des fumigènes avant de s'entremêler comme des châteaux de cartes, terrain de jeu casse-cou pour un drôle de Capitaine Haddock. Ecrit sous le regard complice de Petr Forman et mis en scène par Roberto Magro, le spectacle mêle goulûment les disciplines (corde, échelle, portés) quitte à s'éparpiller parfois. Insaisissable, l'univers du MagdaClan n'a pas peur des échappées, tissant 90 minutes d'apesanteur étrange, reposante. Les 15, 16 et 17 juin, sous chapiteau, Place de l'Eglise, Berchem Ste-Agathe. www.catastrophe.be