Célébrer Noël en investissant dans des choses qui ont du sens

mercredi 14 décembre 2011, 22:52

Pierre Ozer Docteur en Sciences, département des Sciences et Gestion de l’Environnement de l’ULg. Dominique Perrin Docteur en Environnement, Gembloux Agro-Bio Tech, ULg.

Au moment où nous écrivons ces lignes, notre quotidien est chahuté. Une crise infernale des dettes souveraines, du jamais vu depuis la Seconde Guerre mondiale. Des banques coulent ou vacillent, pourtant toutes brandissent encore haut et fort leur certificat de réussite des sacro-saints « stress tests ». Une concentration atmosphérique de gaz à effet de serre sans cesse croissante, des niveaux jamais enregistrés au cours des 540.000 dernières années. Le corollaire : des températures qui seront cette année peut-être les plus élevées jamais mesurées en Belgique et dans le monde depuis la première moitié du XIXe siècle.

Jusqu’à il y a peu, même en pleine crise des subprimes, tout allait bien. On martelait que tout était sous contrôle et que le « système » allait s’autoréguler. On lançait que ce soi-disant réchauffement climatique n’était que peur agitée par des Cassandre écologistes de gauche en manque de reconnaissance. On disait qu’il était nécessaire, pour relancer la croissance, de consommer…

Mais consommer quoi ? A la veille de Noël, que notre vieux dictionnaire de 1952 définit comme la « fête de la nativité du Christ », réfléchissons vigoureusement à l’avenir que nos choix de consommation nous préparent.

Il y a 4 ans, nous analysions un catalogue des cadeaux de Noël proposés par les hypermarchés Carrefour (1).

Ce volumineux folder imprimé sur un luxueux papier glacé était bien sûr alléchant et titrait d’emblée « Merveilleux Noël et joyeux petits prix ». Il est fort probable qu’il en soit de même pour la version 2011… Qu’y trouvait-t-on exactement ? Pêle-mêle : un réveil lumière, un ramasse-miettes électrique, une machine à cappuccino « full automatique », un frigo américain, une perceuse sans fil, un « massager design », un Père Noël lumineux, un sèche-cheveux lisseur et un thalasso pieds. Soit, exception faite du repasse-limaces, peu ou prou les mêmes choses que chantait Boris Vian dans « La complainte du progrès » il y a plus d’un demi-siècle.

Nous avions ensuite analysé la provenance de ces produits de « première nécessité ». Il apparaissait que le fameux label « Made in China » représentait un peu plus de 80 % des produits proposés. Le reste provenant, à parts égales, d’Asie du Sud-Est et d’Europe. Et absolument rien de Belgique.

Dans le même temps, chaque Belge émet de l’ordre de 13,8 tonnes de CO2 par an, alors qu’un Chinois est responsable des émissions annuelles de 5 tonnes de CO2 (2). Mais ces chiffres sont biaisés. Ils ne considèrent que les émissions « cadastrales » des pays, à savoir uniquement les émissions dues à l’utilisation des produits. Par exemple, l’électricité nécessaire à l’utilisation du ramasse-miettes électrique. Par contre, cette comptabilité ne tient pas compte des émissions de gaz à effet de serre dues à la fabrication et au transport de ces produits superflus, tel que le ramasse-miettes électrique.

Ainsi, en considérant les « flux » de CO2, il appert que chaque Chinois exporte 1,5 tonne de CO2 par an alors qu’un Belge importe annuellement (flux net) des biens principalement « Made in China » à hauteur de 5 tonnes de CO2.

Au final, un Belge n’est donc pas responsable de 13,8 tonnes de CO2 par an, mais bien de 18,8. Au contraire, le Chinois verra ses émissions passer de 5 à 3,5 tonnes de CO2 par an. Et il ne faudra pas 2,8 Chinois pour atteindre les émissions d’un Belge, mais bien 5,4 Chinois…

En consommant de la sorte, nous ne faisons donc que profiter d’un « système low cost » globalisé et délocalisé dont les externalités négatives sont énormes, et pas seulement du point de vue climatique…

Alors même que ce système consumériste montre ses limites, vacille et s’effrite chaque jour un peu plus. Il nous faut opter pour un changement de paradigme, une modification comportementale, une transition écologique et économique.

Ce changement nécessaire est en route depuis plusieurs années. Sous la cendre, il y a la braise, il suffit de souffler pour que le feu (comprenez le renouveau) prenne.

Pour les fêtes, soyons imaginatifs, offrons (et donc produisons) moins, mieux et autrement. Investissons dans des choses qui ont du sens. Ne soyons pas obsédés par « le prix des choses » mais donnons plutôt de la valeur à des marchandises durables et à ceux qui les produisent. Profitons-en pour faire (re)vivre les artisans et les créateurs, pour soutenir les producteurs locaux de fruits et légumes, pour recréer de l’emploi local. Plus que jamais, c’est la multiplication des actions locales qui pourra influer sur cette crise globale. Laissons derrière nous cette société Kleenex et soyons acteurs et créateurs d’un autre monde !

Et si nous y arrivons sans y être contraints, nous célébrerons dignement un autre Noël. Car dans notre vieux dico, Noël, c’est aussi le « cri que poussait autrefois le peuple à l’occasion de tout heureux événement politique ». Et dans le même mouvement, nous fêterons Pâques, à savoir le « passage de la mort à la Vie ».

Debout !

(1) P. Ozer et D. Perrin, « Les chinois croient au Père Noël », Le Soir du13 décembre 2007, p.20.

http://hdl.handle.net/2268/16672

(2) P. Ozer, « Social and environmental impacts of climate change : In the absence of mitigation, will we be able to adapt ? » in Proceedings of the 1st International Conference on Energy, Environment and Climate Change , 2011.

http://hdl.handle.net/2268/96763