Chat : « Il est urgent de construire de nouvelles prisons »

Résumé par Elodie Lamer (st.)

vendredi 13 avril 2012, 13:17

Après Forest, c’est la prison d’Andenne qui se met en grève suite à une nouvelle agression. À qui la faute ? Claude Eerdekens, bourgmestre d’Andenne, a répondu à vos questions.

Chat : « Il est urgent de construire de nouvelles prisons »

: Le Soir/PYT

Bouli : La situation est explosive quand on voit les conditions à Forest. Qu’attendons-nous pour agir ?

Claude Eerdekens : « A Forest, la prison est insalubre et doit être fermée. Il est urgent de construire de nouvelles prisons et de fermer celles qui datent de la fin du 19ème siècle et ce, tant pour les détenus que pour le personnel. La violence par contre peut-elle conduire à des drames ? Je le crains si des mesures ne sont pas prises d’urgence par le Gouvernement fédéral. »

JP : Quelles sont vos solutions ?

C.E : « Durcir la loi pénale en matière de prise d’otage d’un agent pénitentiaire ou d’un policier. Pénaliser aussi l’évasion ou la tentative d’évasion. Assurer pour les détenus les plus violents la création de quartiers de haute sécurité. »

Thomas : Où le fédéral va-t-il trouver l’argent ?

C.E : « Dans le budget de l’Etat, qui n’est pas extensible, il faut dégager des priorités. cela veut dire réduire certains budgets qui ne sont pas vitaux au profit d’autres secteurs plus essentiels. C’est la tâche du ministre du budget et de tout le Gouvernement. »

Séraphine : Les détenus étrangers ne pourraient-ils pas purger leur peine dans leur pays d’origine ?

C.E : « Purger la peine dans le pays d’origine suppose des accords bilatéraux avec chaque pays et la certitude que la peine sera effectivement purgée ailleurs.

Toute idée devrait être explorée dès lors que des prisonniers belges purgent leur peine à Tilburg aux Pays-Bas pourquoi pas ! »

Philippe : Pourquoi ne pas prendre exemple sur des modèles étrangers où il n’y a pas de grèves intempestives, car le milieu carcéral y est plus inhumain, certes, mais également plus sécurisé ?

C.E : « Pour la minorité de détenus dangereux, des quartiers de haute sécurité s’imposent. Sur les 400 détenus d’Andenne, il y a peut-être moins de 20 personnes pouvant être concernées par des mesures plus conséquentes en terme de sécurité. »

Tich : N’y a-t-il pas moyen de rendre ces prisonniers utiles ? Qu’ils aient des activités ?

C.E : « Il est difficile de les obliger à travailler. Toutefois, il existe des ateliers dans certaines prisons dont Andenne. Des entreprises peuvent sous-traiter à la prison des travaux. Ce système fonctionne avec les détenus volontaires. »

« Cela dit, il peut être intéressant pour la société d’organiser dans les prisons des activités. C’est aussi une façon de prévenir une agressivité contenue. De plus, il est important de former intellectuellement les détenus. À leur sortie de prison, il est important qu’ils puissent se resocialiser et trouver un travail. »

Tomy : Nous avons donc besoin d’une refonte complète du système carcéral ?

C.E : « La situation des prisons mériterait que l’on y consacre une commission parlementaire d’enquête pour mettre tous les problèmes à plat. J’ai le sentiment que le parlement fédéral devrait suivre de plus près ce dossier qui semble géré exclusivement par l’administration centrale et la ministre de tutelle. »