Le 11h02 : anti-cholestérol, « la prudence reste de mise »

Rédaction en ligne

mardi 22 mai 2012, 12:27

Plus d’un Belge sur cinq consomme des statines au-delà de 34 ans. De plus en plus de voix s’élèvent pour contester la prescription en masse Ricardo Gutiérrez a répondu à vos questions

À quoi servent les statines ?

Les statines sont des médicaments qui permettent de réduire le taux de mauvais cholestérol dans le sang. Le cholestérol est à l’origine de nombreux accidents cardiovasculaires puisqu’il rétrécit les artères. Les statines sont prescrites largement, surtout aux personnes ayant déjà subi un accident cardiovasculaire (angine de poitrine, infarctus, accident vasculaire cérébral). Pour ces patients, la consommation de statines n’est pas problématique.

Sur quoi porte la polémique concernant les anti-cholestérol ?

Les statines sont également de plus en plus prescrites en prévention, aux personnes qui présentent un taux de cholestérol élevé mais qui ne souffrent pas d’une maladie cardiovasculaire. Plus de 21 % de la population belge entre 34 et 75 ans en consomment. Certains médecins ont tendance à prescrire ce médicament de façon massive voire abusive. Les effets secondaires existent pourtant : perte de mémoire et risque de diabète selon l’Agence américaine des médicaments (FDA). Il y avait déjà eu des alertes précédentes notamment concernant des problèmes musculaires.

Quel est le coût de la prescription des statines ?

Le coût des médicaments qui luttent contre le cholestérol représente pour l’assurance-maladie plus de 229 millions d’euros. Dans le top 3 des médicaments qui coûtent le plus cher à la collectivité, deux statines sont présentes, (l’atorvastatine et la rosuvastatine). Ces chiffres sont tout de même à relativiser puisque les médicaments anti-cholestérol permettent également d’éviter des dépenses liées aux coûts des maladies cardiovasculaires.

Comment peut-on éviter les statines ?

Il n’est pas question de remettre en cause l’utilisation des statines mais il faut être prudent. On risque de prescrire des statines à des personnes pour lesquelles les inconvénients pèseront plus que les avantages, surtout s’ils sont consommés en prévention.

La prévention est trop souvent médicalisée. Cela nous déresponsabilise. Pour faire chuter son cholestérol, on peut aussi d’abord changer son mode de vie. Arrêter de fumer, manger équilibré, faire de l’exercice…

Résumé Anaïs Martinez (St.)