Emplois indécents : « Les jeunes particulièrement exposés »

STAGIAIRE

mardi 19 juin 2012, 13:29

14 % des Belges ont un travail indécent, selon une étude du SPF Emploi publiée dans Le Soir. Le directeur de recherche à la Fondation Travail-Université (FTU), Gérard Valenduc a répondu à vos questions

Emplois indécents : « Les jeunes particulièrement exposés »

Morceaux choisis du chat.

Au sujet des facteurs liés à la qualité de l’emploi : « La qualité de l’emploi est liée à la qualité de la protection sociale. En Belgique, cela se négocie entre employeurs et salariés. Si certaines dispositions sont plus difficiles pour les PME, il faut les mettre sur la table des négociations, et voir quels sont les autres points de vue en présence. L’organisation du travail joue également un rôle clé. Certains gestionnaires de ressources humaines l’ont bien compris, d’autres non. Des changements positifs dans l’organisation du travail requièrent le dialogue, la concertation, et souvent du temps pour échapper à la pression continue des urgences de toutes sortes. La question de la rémunération, et plus largement celle de la sécurité socioéconomique des individus et des ménages, font bien partie de la définition d’un « emploi » de qualité. »

Au sujet des emplois peu décents : « Ils ne tombent pas du ciel. Ils résultent à la fois de certains comportements des employeurs (mais il existe des employeurs qui attachent du prix à la qualité de l’emploi) et de certaines politiques publiques (mais la Belgique dispose quand même d’un bon système de protection sociale, même s’il s’affaiblit au détriment des plus faibles). »

Au sujet du travail des jeunes : « Les jeunes sont particulièrement exposés aux CDD sans lendemain, au temps partiel contraint, aux horaires difficiles. Les politiques d’emploi doivent non seulement porter sur le volume d’emplois créés, mais aussi sur la qualité et la longévité de ces emplois. »