Crédible, 92 % de réussite au CEB ? « Ce n’est pas un concours »

STAGIAIRE

mercredi 27 juin 2012, 12:37

91,75 % des élèves de primaire ont obtenu leur certificat d’étude de base. Et ce pourcentage pourrait encore augmenter. Jean-Luc Adams, du cabinet Simonet, a répondu à vos questions

Crédible, 92 % de réussite au CEB ? « Ce n’est pas un concours »

Morceaux choisis du chat.

Au sujet du niveau du CEB : « Cette épreuve est construite par un groupe de travail constitué d’inspecteurs et d’enseignants de 6e primaire. Le niveau attendu est donc bien celui fixé par les socles de compétences communs à l’ensemble des écoles. L’enjeu futur n’est pas d’augmenter le niveau de l’épreuve mais d’augmenter le nombre d’élèves qui obtiennent de bons résultats. Avez-vous eu l’occasion de répondre aux épreuves des années antérieures (elles sont en ligne sur le site www.enseignement.be) ? Beaucoup d’adultes sont surpris par le niveau une fois qu’ils ont tenté l’expérience. »

Au sujet de la fonction du CEB : « Le CEB n’est pas un outil de sélection (ce n’est pas un concours), mais un outil pédagogique qui permet un bilan de compétences sur lequel l’équipe enseignante du secondaire continuera à s’appuyer pour atteindre le socle de compétences de la fin du tronc commun. Le CEB doit fournir aux équipes des indications sur les objectifs à atteindre et les difficultés rencontrées. Cette épreuve n’est obligatoire que depuis 2008-2009, elle n’a donc pas encore développé tous ses effets sur les pratiques des enseignants. »

Au sujet du rôle joué par les enseignants lors du test : « Le décret CEB prévoit de faire confiance aux équipes enseignantes, puisque ce sont elles, tant dans l’organisation de l’épreuve que dans la décision finale d’attribuer le CEB, qui sont à la manœuvre. Quel intérêt aurait donc l’enseignant de souffler les résultats aux élèves, sauf à tromper l’élève et ses parents ? J’ai confiance dans les enseignants qui ont le respect de l’avenir des élèves qui leur sont confiés. »