Transferts VB/N-VA : « La Flandre elle-même s’interroge »

Rédaction en ligne

mercredi 18 juillet 2012, 15:24

La polémique sur les transferts d’ex-membres du Vlaams Belang à la N-VA ne s’éteint pas. Pour Béatrice Delvaux, la nouveauté est que la Flandre, elle-même, se pose des questions. Le résumé du 11h02.

« Les mandataires d’extrême droite qui choisissent maintenant de partir pour la N-VA ne viennent pas tout seuls, mais aussi avec leurs sympathisants et surtout leurs idées. Ceux qui pensent que ces transfuges de l’extrême droite ont renoncé soudainement à leurs idées xénophobes et racistes sont soit aveugles, soit naïfs », écrivent le chef de groupe Open VLD à la Chambre Patrick Dewael et la parlementaire libérale Marleen Vanderpoorten dans une carte blanche dans De Morgen.

Des propos qui font suite aux récents transferts entre le VB et la N-VA. Béatrice Delvaux, de quoi parle-t-on exactement ?

« On parle d’une cinquantaine de transfuges venant du Vlaams Belang vers la N-VA. Het Laatste Nieuws a fait une double page sur tous ces transferts et c’était assez marquant car avant ça, ça n’avait pas fait tellement de bruit. Mais le nombre impressionnant (47) a marqué les esprits. »

« D’autant que ces transferts concernent également deux « gros » morceaux, dont Ceder, ex-chef de groupe au Sénat pour le VB et un des auteurs de la charte du Belang et qui a fait l’actualité les derniers jours. Son arrivée a peut-être été le pas de trop. »

Comment Bart De Wever se défend-il de ça ?

« La réponse a été précise et provocante : d’un côté, ces gens sont « screené » – mais on ne sait pas ce que cela veut dire précisément –, de l’autre, De Wever dit qu’on arrête pour 2012. Mais dire que c’est fini pour 2012, ça laisse la porte ouverte pour la suite. Ce qui fait dire à certains que ça pourrait continuer ensuite pour 2014… Certains disent que Bart De Wever veut attirer Frank Van Hecke, ex-patron du Belang et figure marquante. »

La N-VA risque-t-elle de devenir un parti d’extrême droite avec tous ces transferts ?

« Bart De Wever a beaucoup dit que l’ascension de la N-VA a permis de contrer le succès du VB. Pour lui, le cordon sanitaire de la Flandre, c’est lui ! Rappelons que la N-VA n’est pas un parti d’extrême droite, c’est un parti séparatiste, ce qui est une opinion politique « respectable ». Le problème, c’est que quand on importe des gens, certaines pensent qu’on risque d’importer leurs idées avec eux. Alors comment réagir si ces gens dérapent ? »

« Ce qui est nouveau, c’est que la Flandre attaque la N-VA : des professeurs, des politiques, des éditorialistes, etc. Et, selon De Standaard, même au sein de la N-VA, il y aurait eu des tensions, avec Peumans, Bourgeois, notamment, sur l’arrivée de ces Belangers dans le parti ! »

« Et ces éléments, ils sont neufs. Les Flamands ont rompu le silence. Peut-être que la séduction de Bart De Wever sera totale, mais aux communales, on ne pourra plus dire que les électeurs ne savent pas ce qu’est la N-VA. »

« Mais je parie sur le fait que les gens qui ne prennent pas leurs responsabilités sont toujours sanctionnés. »