Le 11h02 : « Borgerhout en proie aux extrémistes et à la manipulation »

Rédaction en ligne

jeudi 20 septembre 2012, 12:30

De nouvelles arrestations ont eu lieu à Borgerhout mercredi. La tension monte dans ce quartier d’Anvers, en pleine campagne électorale, suite au film dénigrant l’islam. Dirk Vanoverbeke a répondu à vos questions.

« Pourquoi nous, De Morgen, nous n’utiliserons plus le mot « Allochtoon ». Voilà ce qu’on pouvait lire ce jeudi sur la Une du quotidien. Après la décision de Wouter Veschelden, rédacteur en chef de « De Morgen », le journal flamand n’utilisera plus ce mot trop vague, estimant qu’il stigmatise et exclut nos minorités.

Que pensez-vous de la position de la presse, notamment de la démarche du « De Morgen » de bannir le mot Allochtone ?

« C’est assez intéressant car dans notre jargon journalistique cela regroupe la minorité musulmane, les jeunes qui décrochent mais normalement cela devrait désigner tous les étrangers. Le mot allochtone stigmatisait la communauté et provoquait des tensions. »

Quelle est la situation à Borgerhout ?

« Le quartier est sous tension et très sensible, l’intégration est un terme qui ne fonctionne pas dans cette ville. Le week-end dernier, lors de la braderie, plus de 230 arrestations administratives ont été effectuées suite à un SMS qui serait envoyé par un membre de Sharia4Belgium, le bourgmestre a été pris au dépourvu ».

Les membres de Sharia4Belgium étaient-ils présents ce mercredi ?

« Non, ils ne l’étaient pas, d’ailleurs on ne sait toujours pas qui est l’auteur du second SMS, qui appeler à la vengeance suite aux différentes arrestations, certains pensent au Vlaams Belang ».

Quartier sensible, période sensible, les deux ténors de la ville, Patrick Janssens et Bart De Wever, surfent sur les événements, comment se positionnent-ils ?

« Patrick Janssens a appelé au calme avec son slogan : « La ville appartient à tout le monde ». De Wever, lui est contre cette sortie, il a un discours plus musclé afin de récolter les Vlaams Belang »

Les jeunes musulmans sont-ils instrumentalisés ?

« Oui, car la plupart n’ont pas vu le film « L’innocence des musulmans ». »

Anvers est-elle une poudrière et les violences vont-ils se propager un peu partout dans le pays ?

« Non je ne pense pas que cela va dégénérer en Belgique puisqu’il s’agit d’une minorité extrémiste qui utilise la manipulation, le reste de la communauté appelle au calme et à la tolérance. »

Ronak Kamali (St.)