« Chère Mathilde »

Rédaction en ligne

lundi 04 juin 2012, 15:47

« Mon chou, réfléchis bien. » La lettre que la Reine Elizabeth d'Angleterre aurait pu envoyer à la princesse Mathilde. Par Julie Huon

« Chère Mathilde »

« Chère Mathilde,

Mon chou, réfléchis bien.Tu m'as vue dimanche à la télé ? À 86 ans, debout pendant quatre heures, dans la tempête, fixant la Tamise verte et agitée par le vent, à regarder passer les bateaux. Pas deux ou trois, mais mille. Mille bateaux.

Sous mon petit auvent rouge et or, faisant signe et souriant. Le même sourire pour le 1,2 million de gens qui me font signe et me sourient. Comme tant d'autres millions avant eux, depuis 60 ans.

Quand je suis rentrée au palais, le soir, frigorifiée, courbaturée, tu crois que je me suis plainte au prince Philip (90 ans) ? « Holy fuck, c'est la dernière fois qu'ils m'embarquent dans un truc pareil ! ». Non, bien sûr que non. Le spectacle m'a plu. Parce que je ne suis pas Denise Grey, plus connue par toute une génération sous le titre de « la grand-mère de La Boum ». Je ne suis pas de ces octogénaires qui disent : « Quel héritage ? Mais j'ai tout dilapidé, mes pauvres enfants ! ». Ou « Ben oui, je suis sur rendez-vous.be et alors ? ». Ou « Jamais je n'irai au home, vous pouvez tous crever ! ». Ou « J'ai 86 ans. Si je peux pas faire ce que je veux aujourd'hui, je le ferai quand ? ».

Elizabeth II n'est pas comme ça. Enfin, personne ne songera très probablement jamais à m'envoyer au home, God bless me. Et dilapider mon héritage, même en 60 autres années de règne, je n'y arriverais pas. De temps en temps, je flanque bien une baffe à Harry quand il se déguise en nazi, j'engueule un peu Kate d'avoir une sœur aussi dévergondée, je fous ma canne dans les pieds de tante Sidonie-Camilla pour la faire tomber et oui, je tire encore Charles par les oreilles qui ont quand même l'air d'avoir été faites rien que pour ça.

Tout ça pour dire, chère Mathilde, qu'il est encore temps. Reine, crois-moi, c'est pas une affaire. Toujours épiée, jugée, dévisagée, jamais un mot de travers (ni un chapeau, ni un pet, ni quoi que ce soit). Penses-y sérieusement. Un jour toi aussi tu auras 86 ans. Une chance. Ça n'arrive pas à tout le monde. Tu as vraiment envie de fêter je ne sais combien d'années de règne en regardant passer des bateaux sur le canal Albert ?

Allez bye, Darling et courage, on se tient les coudes, »

Elizabeth d'Angleterre