Charity For Belgium

lundi 25 juin 2012, 10:01

Alain Berenboom Ecrivain

Trois cents nouveaux policiers ! Bravo, Joëlle ! Qui peut être contre ? A part les éternels grincheux ou les matraqués de la semaine dernière par les flics de Bruxelles et qui feraient mieux de ne pas en remettre une couche s’ils tiennent à leurs points de suture. Compris ? Donc Joëlle, une fois n’est pas coutume, avait réussi à faire l’unanimité. Jusqu’à ce qu’elle brandisse l’addition. Les ministres qui applaudissaient des deux mains et se bousculaient devant les caméras pour expliquer que « Het is mijn idee ! » Non de moi ! voilà qu’ils regardent leurs chaussures. Et pourquoi que Joëlle elle a droit à du fric alors que nous, on doit se serrer la ceinture ? Et où qu’on va chercher son pognon ? Pas chez moi ! « Ook bij mij niet ! »

Au lieu de pester, Joëlle, soyez créative ! Si Jésus, dont votre parti s’est longtemps revendiqué, a transformé l’eau en vin, vous êtes capable d’en faire autant. Oui, je sais, jamais d’alcool pendant le service. Mais il y a d’autres moyens magiques de faire sortir du pognon de votre chapeau. Pourquoi pas, par exemple, un calendrier politique belge ? Le gouvernement sur papier glacé. Pas le cliché de la prestation de serment évidemment. Mais des photos de nos éminences à poil ? On va se les arracher ! Pas tous, d’accord. Oublions Piet, Johan, Servais. Gardons Maggie, Laurette, Paul et vous, bien sûr. A côté d’Elio souriant de toutes ses dents, revêtu de son seul nœud pap. C’est banco assuré !

Certes, douze millions c’est beaucoup pour un calendrier, même si Kroll y ajoute quelques fantaisies. Alors, vous pourriez prolonger la performance par un spectacle type les Chippendales avec la même équipe. Tous tout nus, sauf Van Quickenborne dans son éternel costume de clown qui jouera les Monsieur Loyal (ça le changera pour une fois !)

Je vous garantis une semaine à bureaux fermés ! Une semaine pendant laquelle on n’entendra pas parler de crise, ni de Grèce, ni de BHV, N-VA et autres sigles glaçants pour la digestion. Rien que de la musique, de la danse et la politique à fleur de peau. D’une pierre deux coups, le moral des Belges, que l’on dit dans les chaussettes, repartirait vers le zénith. Si tout ça ne suffit pas encore à remplir les caisses, reste à faire participer les policiers eux-mêmes à l’opération de collecte de fonds. Ils pourraient pour l’occasion verbaliser les 4×4 en double file ou stationnés dans les couloirs des vélos au lieu de matraquer les passagers du métro, qui ne rapporte pas un clou au Trésor. Ou demander à George Clooney d’organiser un dîner de charité sous chapiteau au profit des flics belges. Petit détail : où placer la tente ? En Wallonie, en Flandre ou à Bruxelles ? Aïe ! On est reparti à zéro…

www.berenboom.com