Les sondages « sortie des urnes » autocensurés ?

GIL DURAND

vendredi 20 avril 2012, 12:29

Neuf instituts qui réalisent ces sondages qui donnent des estimations des votes dès 17h se seraient engagés « par écrit » à ne pas interroger les votants à la sortie des urnes. Radios et télévisions « se sont engagées à tenir secrètes jusqu'à 20h leurs estimations ».

Selon les informations d'Europe 1, neuf instituts de sondages auraient renoncé à réaliser des sondages « sortie des urnes » pour le premier tour de la présidentielle française. Ces instituts se seraient engagés « par écrit » auprès de la Commission française des sondages.

Conséquence directe : les premiers chiffres, habituellement disponibles dès 17h – et repris par les médias étrangers – ne seront pas diffusés. Interrogés par l'AFP ces derniers jours, la plupart de ces instituts ont indiqué qu'ils n'entendaient pas réaliser de sondage sortie des urnes, notamment parce qu'ils coûtent beaucoup trop cher. Par conséquent, tout chiffre qui circulerait pendant la journée « serait le fruit de rumeurs et de manipulations », a affirmé Marie-Eve Aubin, présidente de la Commission des sondages.

Les premiers éléments chiffrés disponibles devraient tomber vers 18h45, après les premiers dépouillements des bureaux de votes. Pour rappel, ces chiffres sont également soumis à la loi de ne pas divulguer les résultats des élections françaises ce dimanche. Et la Commission a prévenu : en cas de fraude – et même si le web semble en jouer – ce sera « tolérance zéro ».

En plus, radios et télévisions « se sont engagées à tenir secrètes jusqu'à 20H00 les estimations que leur fourniront leurs instituts partenaires », a annoncé la Commission des sondages dans un communiqué.

Pourtant, « on ne va pas interdire aux gens » de voir les résultats sur des sites avant 20h, a lui-même déclaré Nicolas Sarkozy sur RTL, ce matin. « Je dis que RTL n'a pas le droit, en fonction de la loi, d'annoncer » les résultats ou estimations de l'élection présidentielle, a-t-il expliqué. Mais « on ne va pas interdire aux gens d'aller sur le site du New York Times pour connaître les résultats ».« Tout le monde à un ordinateur! On va mettre une barrière numérique? On va brouiller les ordinateurs? On vit dans quel monde, enfin? » a martelé le président-candidat.