Sarkozy va porter plainte contre Mediapart

Rédaction en ligne

lundi 30 avril 2012, 08:50

Nicolas Sarkozy qualifie le document publié par Médiapart sur un financement libyen de sa campagne en 2007 de « faux grossier ». Quant à François Hollande, il est estime que « c’est à la justice d’être saisie ».

Sarkozy va porter plainte contre Mediapart

© AFP

Mediapart a publié samedi un document qu’il présente comme signé par Moussa Koussa, ex-chef des services de renseignements extérieurs de la Libye qui vit en exil à Doha, affirmant que le régime de M. Kadhafi avait accepté en 2006 de financer à hauteur de « 50 millions d’euros » la campagne de Nicolas Sarkozy. M. Koussa a qualifié de faux ce document.

« Un faux grossier »

Interrogé sur France 2 à propos d’une note publiée par le site Mediapart qui prouverait que le colonel Kadhafi aurait donné son « accord de principe » pour financer sa campagne présidentielle en 2007, le président-candidat Nicolas Sarkozy a annoncé son intention de porter plainte.

« Nous déposerons plainte contre Mediapart (…). Ce document est un faux grossier, les deux personnes en Libye qui étaient censées avoir envoyé ce document et le recevoir l’ont démenti », a déclaré M. Sarkozy sur France 2, précisant que sa plainte serait déposée « avant la fin » de la campagne.

« Tout ne se vaut pas. Il y a une morale, ceux qui mentent, ceux qui font défaut doivent être condamnés par la justice », a-t-il ajouté.

« Le canard, on lui a coupé la tête »

« Le canard, on lui a coupé la tête. C’était un document faux. Mediapart est une officine, M. (Edwy) Plenel (directeur du site Mediapart) c’est le bidonnage à chaque fois, ce document est un faux grossier », a répété le président sortant et candidat de l’UMP.

« La campagne électorale ne justifie pas tout »

« Ce qui n’est pas crédible, c’est Mediapart. Vous croyez vraiment qu’avec ce que j’ai fait à M. Kadhafi, il m’a fait un virement ? Pourquoi pas un chèque endossé ? », a-t-il insisté, « c’est grotesque et j’ai honte pour l’AFP d’avoir fait une alerte sur un document faux ».

« Vous ne vous souvenez pas qu’il y a trois mois, c’est le journal Libération qui a bidonné un faux document sur la répartition des réserves de pétrole ».

« La campagne électorale ne justifie pas tout », a poursuivi Nicolas Sarkozy. « On ne va pas assimilier la presse à des comportements comme ça » mais « il y a une partie de la presse, une partie des médias, et notamment le site en question dont je me refuse même à citer le nom, qui sont prêts à bidonner des documents pour ça, honte à tous ceux qui l’ont exploité ».

Hollande : « C’est à la justice d’être saisie »

« C’est à la justice d’être saisie. Si c’est un faux eh bien le site sera condamné, si ce n’était pas un faux, à ce moment-là il y aurait des explications à fournir », a déclaré François Hollande sur Europe 1.

Le candidat socialiste a nié tout lien entre lui et ce site qualifié par le Premier ministre François Fillon « d’officine financée par de riches amis » de François Hollande.

« Ce site est un site d’investigation, d’informations, c’est arrivé qu’il accable quelque fois des personnalités de gauche », a-t-il fait valoir. « Donc je ne vois pas comment il pourrait être établi qu’il y aurait là comme une relation, une confusion entre les socialistes et ce site d’information, qui, je le rappelle, est composé de journalistes reconnus ».

« On peut les aimer ou ne pas les aimer mais ce sont des journalistes qui ont sur plusieurs affaires démontré leur compétence », a aussi affirmé le député de Corrèze.

« J’aurais inspiré quoi que ce soit, qui que ce soit, qui peut le penser ? » a-t-il demandé. « Vous croyez que j’ai besoin moi qu’il y ait des journaux qui sortent des affaires, vous pensez que c’est comme ça que je pense gagner l’élection présidentielle ? M. Hollande a souligné que chaque fois qu’il y a un scandale qui touche le pouvoir, ce n’est jamais bon pour la démocratie et jamais bon pour les partis de gouvernement ».

(AFP)