Un débat sous haute tension entre Hollande et Sarkozy

OLIVIER MOUTON

jeudi 03 mai 2012, 00:13

Après un début laborieux, François Hollande s'est peu à peu imposé dans son costume présidentiel face à un Nicolas Sarkozy qui a tenté de convaincre les électeurs de Le Pen et Bayrou.

 Un débat sous haute tension entre Hollande et Sarkozy

© AP

Y a-t-il un vainqueur à ce débat à couteaux tirés ? Le début fut une écrasante leçon d'argumentation et de légitime agressivité par un Sarkozy très à l'aise face à un Hollande pétrifié. Le passage sur le pacte de croissance européen fut important, un tournant, il semble avoir remis François Hollande en selle. La suite fut marquée par de l'agressivité et quelques tensions : accusations de mensonge, de calomnie, attaques frontales, débats très virils sur l'immigration, DSK en invité attendu… Nicolas Sarkozy a alors semblé parfois perdre sa patience tandis que François Hollande s'installait davantage dans son potentiel costume présidentiel… Deux projets bien différents se sont exposés aux électeurs qui trancheront. La finale a montré un Hollande déjà président dans sa tête tandis que Sarkozy s'adressait aux électeurs de Le Pen, Bayrou et aux abstentionnistes. Comme un baroud d'honneur porté par l'amour de la France…

LE MINUTE PAR MINUTE

23h45 – International : Sarkozy : « Le travail n'est pas achevé, il reste une région à transmettre à nos amis afghans »

La menace terroriste et neuf Français détenus comme otages surtout en Afrique : Mali, Mauritanie, Niger… « Nous devons aider ces pays. » Quant aux otages, « c'est la prérogative du chef de l'Etat. je ne demanderai rien à ce sujet à M. Sarkozy »

23h20 – Le type de présidence : Sarkozy : « Le président assume ses responsabilités, très engagé, en première ligne, à même de porter des changements. Je veux proposer aux Français un nouveau modèle social. Un président de la république ne peut pas dire : on n'y peut rien. » Et de citer en contre-exemple Mitterrand et Jospin…

Un long « moi président de la république qui essaye d'avoir de la hauteur de vue », une « présidence normale » de Hollande, « proche du peuple ».

François Hollande annonce que toutes les désignations sous sa présidence passeront devant les commissions parlementaires la majorité des deux tiers. « L'opposition sera concernée » Sarkozy : « Vous venez nous donner des leçons. » Il cite ceux qui ont été nommés par Mitterrand… Sarkozy : « M. Hollande, je n'ai pas de leçon à recevoir d'un parti qui a voulu s'unifier derrière M. Strauss-Kahn. On a le droit de le dire. Que vous osiez dire que vous ne le connaissiez pas… »

23h05 – Le nucléaire : Le dossier du nucléaire, « un atout français avec une électricité de 35 % moins cher qu'en Allemagne et 240.000 emplois » dixit Sarkozy, va-t-il calmer le ton ? Sarkozy accuse Hollande de vouloir supprimer vingt-quatre réacteurs nucléaires pour un « accord politique misérable » avec les verts. « Nous n'avons pas de pétrole, nous n'avons pas de gaz, mais nous avons le nucléaire », affirme Nicolas Sarkozy.

François Hollande évoque le drame de Fukushima et sa volonté de réduire la part du nucléaire au fur et à mesure que les énergies renouvelables croissent.

22h50 – L'immigration : « Vous vous noyez sur le sujet M. Hollande », a lancé Sarkozy. « Pourquoi dites-vous que les étrangers qui ne viennent pas d'Europe sont tous musulmans ? » « Le droit de vote pour les immigrés s'adresse pour l'essentiel à l'immigration africaine. Contester que le droit de vote ira d'abord à une communauté nord-africaine est hypocrite », a répondu Nicolas Sarkozy.

« Mais quelles conséquences vous en tirez ? » demande François Hollande

« Vous n'allez pas me faire un procès parce que je dis la vérité ! Et la plupart des immigrés nord africains sont pour l'essentiel musulman. Je ne vous apprends rien j'espère. Il faut un islam de France et non pas un islam en France. Si vous donnez le droit de vote aux étrangers, il y aura un vote communautaire ! »

22h25 - L'Europe : « La crise de la zone euro, entame Hollande, cela fait trois ans et nous en payons les conséquences. » Il défend le pacte budgétaire, « je comprends qu'il faut des règles pour que les pays reviennent dans les clous. Mais je conteste qu'il n'y ait pas de dimension de croissance. on impose à des pays une austérité généralisée. » C'est le leitmotiv qu'il va tenter d'imposer au niveau européen. « J'ai proposé un programme… »

Nicolas Sarkozy défend sa gestion en affirmant que la France emprunte au taux le plus bas, qu'il a fait les réformes nécessaires. « Vous pensez que ça a été facile la crise de l'euro, dit Sarkozy. Nous avons sauvé la Grèce et l'euro… On s'est sorti d'une série de crises successives. »

22h15 – Les impôts : François Hollande dénonce une France de Sarkozy avec des « riches toujours plus riches ». François Hollande veut démontrer que Nicolas Sarkozy a fait des cadeaux aux plus riches. Et il affirme que les impôts ont augmenté de 1,5 % sous la droite alors que Sarkozy dit que « la France est le pays aux impôts les plus élevés après la Suède » Sarkozy : « Vous serez incapables de trouver des économies. ce sera du laxisme. Et vous faites cela imposé par les syndicats »

21h55Dépenses : Le ton monte entre les candidats. Sarkozy : « Comment vous aller faire pour diminuer le déficit, augmenter l'allocation de rentrée scolaire et bloquer le prix du carburant ? Vous allez faire comment ? » Hollande : « Vous montrez que vous êtes impuissants… » Et : « Je veux redistribuer les recettes… » Et le blocage du prix de l'essence : « C'est une proposition temporaire. Il faut voir clair. C'est le distributeur qui payera son opacité. »

21h35 : « Quoi qu'il arrive, quoi qu'il se passe, vous êtes content, dit Hollande. Les Français moins… » « Plus d'impôt, plus de dépenses, plus de cotisation et plus de déficit », voilà votre projet pour la croissance, dit Sarkozy.

21h40 : Sarkozy tente de piéger Hollande en lui posant des questions précises… Le ton se crispe… « Y a-t-il un pays d'Europe qui a fait mieux que la France en terme de croissance depuis 2009 ? Non », dit Sarkozy. « L'Allemagne et les Etats-Unis ont fait mieux… », dit Hollande.

21h30 : Nicolas Sarkozy défend la TVA sur la délocalisation et les alliances compétitivité-emploi. Vante le modèle allemand… Sarkozy : « Les iPad que vous avez offert aux enfants de Corrèze ont tous été fabriqués en Chine ! »

21h20 – Chômage : François Hollande défend son idée de « contrat de génération »… L'employeur qui gardera le senior tout en embauchant un jeune à durée indéterminée ne payerait plus de cotisation sociale.

Nicolas Sarkozy dénonce les chiffres de François Hollande. « Le chômage a augmenté de 422.000, ce qui est trop, une augmentation de 18,7 % De 37 % en Italie, de 180 % en Espagne… Dans la moyenne euro, 39,6 %, le double. Je me demande pourquoi M. Hollande doit diminuer la France… »

21h15 – Introduction : Les candidats se font face et semblent tendus. Ils sont directement passés à l'offensive dès le début du débat. « Ne pas ajouter l'outrance et le mensonge », dit Nicolas Sarkozy. François Hollande a lui aussi évoqué le « bestiaire » que l'on avait fait de lui.

P.VA.