Présidentielle : la France retient son souffle

Rédaction en ligne

samedi 05 mai 2012, 22:04

Samedi, alors que les derniers sondages donnaient toujours François Hollande vainqueur, la campagne s'est arrêtée pour laisser aux électeurs de métropole le temps de la réflexion. Et ce, tandis qu'une partie de ceux d'outre-mer ont déjà accompli leur devoir électoral. #deuxheuresplustard

Présidentielle : la France retient son souffle

©AFP

Le fait du jour

Le second tour s'est ouvert ce samedi à midi à Saint-Pierre et Miquelon, donnant le coup d'envoi des opérations de vote dans les outre-mer et pour les Français résidant sur le continent américain.

Les premiers des 4.920 inscrits sur les listes de cette collectivité de l'Atlantique nord, voisine du Canada, se sont présentés, sous un ciel couvert et par 7ºC au petit matin, devant l'un des quatre bureaux de vote de l'archipel (3 à Saint-Pierre et 1 à Miquelon).

Quand le scrutin débutera en métropole dimanche à 08H00, les 1,7 million d'électeurs inscrits de tous les départements et collectivités d'outre-mer auront déjà commencé, si ce n'est déjà fini, de voter.

Les Saint-Pierrais et Miquelonnais seront suivis par les électeurs de Guyane, de Guadeloupe, de Martinique, Saint-Barthélemy, Saint-Martin et les Français vivant sur le continent américain.

Puis les bureaux ont ouvert à 20 heures en Polynésie française, 22 heures à Wallis et Futuna, 23 heures en Nouvelle-Calédonie, tandis que dimanche les Réunionnais pourront voter dès 6 heures (toujours heure de Paris) et les Mahorais dès 7 heures.

Cette mesure de vote anticipé, déjà en vigueur en 2007, vise à éviter qu'en raison du décalage horaire avec la métropole, les ultramarins votent alors que l'issue du scrutin est déjà connue.

Toutefois, leurs résultats sont soumis au même horaire légal de diffusion que tous les autres, soit dimanche à 20H00, quand seront connus les votes des quelque 46 millions de Français appelés aux urnes pour élire leur nouveau chef de l'État, pour la 9e fois sous la Ve République.

Les phrases du jour

– « Il y a beaucoup de mécontentement, mais la personne qui va être élue ne pourra pas faire beaucoup de changements. L'économie est dans un mauvais état. Il faut voter pour la personne qu'on croit être sincère et vouloir faire le mieux pour le pays ».

Michèle Barré, secrétaire d'entreprise, depuis deux ans à peine à Montréal.

– « Voter est un devoir civique et mon cœur est français ». Lycia Ferrer, 59 ans, enseignante au lycée français de Washington, expatriée depuis 17 ans.

– « Il est important pour la France de voter et, puisque l'on peut s'exprimer, que l'on s'exprime ! ». Jean-Pierre Zelcer, banquier à la retraite de 70 ans, premier à déposer son bulletin dans l'urne à Rio de Janeiro.

Les sondages

Depuis minuit et jusqu'à 20 heures dimanche, la publication de sondages (la campagne 2012 aura été marquée par un record avec environ 400 études publiées), d'estimations ou de commentaires est interdite par la loi, de même que la diffusion d'informations sur les résultats.

Les derniers échos de sondages, ce samedi, oscilleraient selon différentes sources (dont Twitter, à prendre avec toutes les réserves nécessaires), de 53 % à 51,1 % toujours en faveur de François Hollande. Les chiffres de 52%-48% pour le candidat socialiste sont également souvent cités sur les réseaux sociaux.

Les coulisses

Place de la Bastille, où devrait se rendre François Hollande en cas de victoire, des ouvriers en gilets fluorescents montés sur des mini-grues installent samedi des projecteurs. Des empilements de barrières métalliques grises sont placés sur différents coins de la place, y compris au pied de la colonne. Cinq mini-chapiteaux blancs ont été montés sur les trottoirs, auxquels s'ajoute une structure plus grande installée sur le terre-plein central du boulevard Richard Lenoir.

Place de la Concorde, lieu choisi par Nicolas Sarkozy pour fêter sa réélection s'il l'emporte, cinq mini-grues, à l'arrêt, sont stationnées à la sortie du jardin des Tuileries. Deux vastes zones entre le parc et les voies de la place sont délimitées par des barrières métalliques. L'équipe de campagne du candidat UMP a réservé un camion podium, qui sera tout de suite opérationnel si c'est nécessaire, avec un système de sonorisation et une scène.

Le buzz

« Dong !!!! la campagne est finie », tweete un internaute. Contraints par la loi au silence, les états-majors des candidats comptent sur les citoyens pour continuer jusqu'au bout de convaincre. « Mettez dix noms sur une feuille de papier, téléphonez, allez les voir, assurez-vous qu'ils votent », lance sur le réseau social un responsable de parti.

A.G. (avec AFP)